Memento : Mouai…
La chronologie de la narration, c’est oui.
L’ambiance fin des années 90, c’est un grand oui.
Par contre, une nouvelle fois, je n’apprécie pas le caractère open ended du film.
Rendre responsable le spectateur de terminer l’œuvre, ce n’est vraiment pas mon truc.
Le web est rempli de théories et, étrangement, de trop nombreuses oublient totalement l’existence de Natalie alors que le nom de Carrie-Anne Moss est inscrit sur l’affiche.

The Blessing Way - Tony Hillerman : Mince !
J’avais vraiment envie d’accrocher, car ça semblait très prometteur.
Malheureusement l’auteur passe trop de temps à développer les paysages d’une façon qui m’empêche totalement de m’imaginer les scènes, tout en survolant totalement ses personnages.
Heureusement l’intrigue tient la route et c’était suffisamment rapide à lire pour éviter l’abandon.

He saw no tire tracks and he expected to see none. That would have been luck. Leaphorn never counted on luck. Instead he expected order - the natural sequence of behavior, the cause producing the natural effect, the human behaving in the way it was natural for him to behave. He counted on that and upon his own ability to sort out the chaos of observed facts and find in them this natural order.
[The Blessing Way - Tony Hillerman]

Cyclist Police

Tour de France: Unchained (Saison 2) : Si j’avais apprécié la première saison, je ne peux malheureusement pas en dire autant pour ce second volet.
D’un point de vue du simple spectateur, j’en tire la conclusion que la majorité des coureurs et des membres de l’encadrement sont des personnes détestables et/ou stupides.
Ici le Maillot Jaune revient à l’équipe Alpecin–Deceuninck.
Côté français, Madiot et Jurdie continuent à être insupportables…
L’équipe qui s’en sort vraiment bien, c’est Bora–Hansgrohe et en particulier son patron Ralph Denk et sa tête de gentil papa allemand.
Bien évidemment, il y a l’équipe de Pello Bilbao, mais les réalisateurs n’ont pas jugé nécessaire de diffuser en intégralité l’interview la plus marquante d’un sportif, ne passant qu’un bref extrait de quelques secondes.
C’est d’ailleurs mon plus gros reproche à l’ensemble des huit épisodes : le Tour de France 2023 a été très certainement l’un des plus spectaculaires du 21ème siècle et la série ne lui rend absolument pas hommage, préférant le dénaturer en se focalisant sur quelques évènements secondaires.

The Black Echo - Michael Connelly : Harry!
Après avoir plutôt apprécié l’adaptation série, je me suis décidé à commencer les livres originaux.
Excellente idée.
C’est exactement ce que j’espérais.
Potentiellement un peu long sans réelle nécessité (sans atteindre du Robert Galbraith) ; mais que ce soit l’intrigue et le développement des personnages : ça fonctionne !
Étonné de découvrir après coup que la saison 3, vue en 2020, se baserait sur ce livre.
Absolument aucun sentiment de savoir où j’allais ?

‘Do you think you can be alone in this world and not be lonely?’ He didn’t answer at first, and she said, ‘Are you alone or are you lonely, Harry Bosch?’
[The Black Echo - Michael Connelly]

NCIS (Saison 15, Épisodes 1 à 10) : Voir critique complète.

#Playlist

Dieu d’amour - Dooz Kawa : Voilà.