Est-ce que ce monde est sérieux ?

En réécoutant la chanson de Cabrel (interprétée par Tryo), je me rappelais l’opinion que j’avais à une certaine époque sur la corrida et également le fait que j’avais abordé ici la question de la consommation de viande par les humains.

Une petite recherche et je retrouvais cet article de mars 2016 intitulé Veganisme et anatomie dans lequel j’exprimais mon désaccord avec l’argumentaire anatomique pour expliquer pourquoi il ne fallait pas manger de viande.

Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus virulent car je sais qu’à une période j’étais limite dans l’extrême opposée du véganisme. Convaincu que la clé de la bonne santé était d’avaler autant de viande que possible. Mais aussi et surtout en gros manque de confiance en moi et en ma virilité. La consommation de produits carnés étant alors un moyen de me rassurer sur ma place dans le règne animal et la société.

Quelques années plus tard, tout cela a heureusement bien changé et l’affirmation de ma nature d’Homme (Homo sapiens) est devenue une plus grande préoccupation que celle de ma nature d’homme (avec un pénis entre les jambes). Aidé en cela que concernant la santé et la virilité, j’ai parfaitement conscience que mon moi de 30 ans est une bien meilleure version physique que mon moi de 20 ans.

Pour en revenir à l’article de mars 2016, ce qui est amusant c’est de savoir que huit mois plus tard, après avoir regardé Cowspiracy: The Sustainability Secret et avoir subit une énorme prise de conscience devant une illustration très parlante, je mangeais de la viande pour la dernière fois.

Représentation du besoin en terres cultivables pour un individu en fonction de son régime alimentaire :

Pour autant, je ne changeais pas d’avis sur la corrida et plus globalement sur la question de la cruauté envers les animaux. Ce n’est que plus tard que la réflexion s’est approfondie et pourquoi aujourd’hui la chanson de Cabrel me parle.

Toujours dans l’article de mars 2016, j’évoquais trois raisons de renoncer à la consommation de viande :

– le respect envers les animaux
– une vie en meilleure santé
– l’homme n’est pas un omnivore mais un herbivore par nature
[Veganisme et anatomie sur elauhel.fr]

La question écologique, celle qui m’a fait basculer, y est étrangement absente.
Le premier point, je le justifiais par le fait que puisqu’il était nécessaire de manger des animaux pour être en bonne santé, ce qu’il advenait des individus destinés à nourrir l’Homme était un mal nécessaire.
Le second point, je le balayais d’un revers de la main puisque non seulement j’étais convaincu de la nécessité de manger des animaux pour être en bonne santé (oui, je me répète) mais je n’étais pas persuadé qu’un régime végétalien voire végétarien soit viable.
Le dernier point est l’objet même de l’article en question.

Convaincu à 0/3.

Il fallait donc un autre argument, bien plus encré dans mes convictions, pour me faire changer d’avis et introduire d’autres transitions.

Sur la santé tout d’abord. J’ai constaté des changements indéniables qui m’ont démontré qu’à titre personnel, je n’ai pas besoin de viande pour être en bonne santé. A contraire. Pour autant, je ne considère pas qu’il existe un régime alimentaire supérieur à tous les autres. Mais il est certain qu’ils en existe des moins bons que d’autres.
Sur l’anatomie, je suis d’accord avec le moi de 2016. C’est un faux argument non pertinent.
Reste la question de la souffrance animale.

Comment, en sachant qu’il n’est pas nécessaire de consommer de la chair animale pour être en bonne santé, justifier l’abattage quotidien de centaines de milliers d’animaux, qu’il soit industriel, rituel ou spectaculaire ?

Je n’ai pas la réponse. Pour l’industrie, je me questionne toujours. Pour la corrida par contre, aucun doute; absolument rien ne justifie cette cruauté.

Et je ne suis pas le seul à partager cet avis sur ce point, d’où le succès de la chanson de Cabrel et sa reprise récente.

Mais alors dans ce cas, comment expliquer que des gens qui sont convaincus de la nature abominable de ces pratiques continuent à consommer de la viande ?

Dans un domaine différent, en cherchant dans les archives du blog je suis également tombé sur cet article où j’aborde le sujet des AMAP. Étrangement prémonitoire sur la date de distribution hebdomadaire. Mais faux sur la quantité de pommes de terre, puisque je n’en ai jamais eu plus d’1.5kg dans un panier.

Posté le 22 février 2020 par Jacques Danielle