Cela fait un peu plus d’une semaine maintenant que le nouveau Pape a été désigné et qu’il a choisi de se faire appeler François.

La logique veut qu’il s’appelle François… Tout court ! Car oui, grosse découverte, pour être premier, il faut au moins un second. Ce qui n’est pas le cas.

Le Pape François donc.

Ce nom ne dérange pas grand monde sur la planète, surtout qu’il est adapté dans chaque langue, mais chez nous, en France, et en particulier depuis le mois de Mai 2012, le prénom François a une signification tout particulière : il est associé au Président de la République.

Et comme en plus d’être dorénavant des homonymes, notre Président et le Pape partagent un trait commun : ils ont décidé d’être dans la normalité. Proches des gens, cherchant à faire des économies partout, faisant rimer avion avec exception…

Alors comment éviter tout quiproquo lorsque l’on parle de l’un ou de l’autre ?

L’adoption d’une convention de nommage devient indispensable.

Il en existe déjà une concernant les Papes. À savoir : “le Pape prénom”. Ainsi, on parlait du Pape Jean-Paul II, du Pape Benoît XVI, et on parle du Pape François.

Alors voici la convention concernant notre Président. À partir de ce jour, appelons le : le Président François.

Ça claque non ?!

Cette idée géniale m’a été soufflée sur Twitter, et j’en suis tellement fan qu’elle a été publiée dans mon Journal Officiel et a été adoptée.