JDMAI #33

Ozark (Saison 2) : Dans la continuité de la première saison. Quelques grosses ficelles et des maladresses qui l’empêchent d’être un chef d’oeuvre, mais elle est très qualitative et vraiment plaisante à suivre.

Jack Ryan (Saison 1, Épisode 1) : Ce que c’est mauvais… Première série « gros budget » Amazon, dommage.

Outlander (Saison 1) : A quelques détails près, c’est exactement ce que j’en attendais, à commencer par ce terrible générique. Seul point noir, Starz ayant adopté la patte HBO d’avant 2010, il y a des scènes de cul et de violence inutiles qui viennent perturber la fluidité de l’ensemble.

Sharp Objects (Intégrale) : C’est vraiment bien fait. Ce qui n’arrive pas à masquer l’inintérêt total de l’histoire. Next.

Gomorrah (Saison 3) : Globalement déçu. Ça tourne en rond.

The Marvelous Mrs. Maisel (Saison 1) : Décidé par le succès rencontré aux Emmy Awards malgré une faible popularité. C’est une bonne série, parfois drôle, souvent moins. Des rôles très réussis. Une histoire… bof. Sans ce côté feelgood et surtout ce féminisme évident; aucun doute que la série n’aurait rien gagné en dehors de cette période d’instabilité du monde de l’audiovisuel américain.

The Affair (Saison 3) : Ce qui est génial dans cette série c’est que chaque saison arrive à être une mini-série que l’on pourrait facilement regarder de manière totalement isolée. En parallèle, reste le fil rouge que l’on suit depuis le départ mais qui ne vient jamais écraser la saison en cours. Et le principe de l’histoire racontée de deux points de vue, avec le soin apporté à y glisser des différences qui retranscrivent l’état d’esprit du narrateur au delà des dialogues. Excellent.

Trial & Error (Saison 1) : Impossible de ne pas faire le lien avec Parks and Rec tant l’esprit est proche. Pour une première saison, c’est au moins aussi bien. Très drôle, très créatif… Vivement la suite !

Maniac (Saison 1, Épisode 1) : Un premier épisode où il ne se passe strictement rien et qui ne donne aucunement envie de voir la suite. Next.

Posté le 1 octobre 2018 par Jacques Danielle