Bir Baskadir

Pour quelle raison j’ai décidé de regarder cette série ? Bonne question. Surtout que l’affiche présente sur Netflix, qui montre une femme voilée qui n’a pas l’air jouasse, ça puait à plein nez la série bien-pensante comme la plateforme s’en est fait une spécialité depuis quelques années.

Bien m’en a pris de ne pas m’arrêter là.

Ethos (le nom occidental ? de la série) c’est tout sauf du prosélytisme woke.

Si ça parle religion, c’est parce-que les circonstances l’imposent mais ce n’est pas dans le but de vouloir convertir le spectateur à quoi que ce soit.

L’idée de départ : dresser un portrait de la Turquie du 21ème siècle à travers différents personnages représentant chacun une facette du pays et les interactions entre ceux-ci.

Le résultat dépasse toute frontière, même celle du corps, et vient directement parler à l’humain au plus profond de soit.

L’écriture est magistrale, avec un récit superbement construit au sein de chaque épisode, dans l’enchaînement de ceux-ci et sur l’ensemble de l’œuvre. Car oui, Bir Baskadir ce n’est plus du divertissement, ici Netflix propos de l’art.
Des critiques faisaient référence à HBO et c’est tout à fait ça. C’est le (très)haut du panier, ce qui se fait de mieux question série.

La réalisation est à la hauteur, soignée, contemplative et surtout avec sa propre personnalité, ce qui rend l’ensemble d’autant plus unique. Certains plans sont totalement déstabilisants.

La bande originale, même tarif, avec un choix totalement assumé de rendre hommage aux grands artistes du pays. Récents comme moins.

Le casting vient enfin parachever le tout avec un Yasin incroyablement détestable, et Meryem (personnage principal et fille de l’affiche) qui provoque une explosion des nerfs optiques lorsqu’elle apparaît pour la première fois sans son voile à l’image.

Je pourrai continuer longtemps comme ça à faire l’éloge de ce chef d’œuvre mais il est probablement temps de s’arrêter là et de simplement recommander vraiment beaucoup de se faire un cadeau et de le voir au plus vite.

Petite note négative mais ce n’est pas lié à la série en soit : les sous-titres français sont désastreux et font à mon avis perdre une grande partie de l’intérêt des dialogues. Non seulement ils contiennent une quantité impressionnante de fautes de français, mais en plus ils sont parfois tellement incohérents qu’il est impossible qu’ils soient fidèles à ce qu’exprimaient les personnages. Honte à Netflix de saborder le travail des autres de cette façon.

Posté le 21 janvier 2021 par Jacques Danielle

[…] Bir Baskadir (Saison 1) : Voir critique complète. […]

Ping by Elauhel – JDMAI #61 — 1 février 2021 @ 10:00