White fog

Pendant que l’UMP continue d’occuper l’espace médiatique, des évènements importants ont lieu dans notre démocratie :

L’Assemblée a approuvé jeudi 22 novembre la reconnaissance du vote blanc, en adoptant à l’unanimité des 90 députés présents une proposition de loi UDI, amendée, pour que les votes blancs aux élections soient comptabilisés séparément des nuls, mais pas pris en compte dans les suffrages exprimés.

Le président PS de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a salué la reconnaissance du vote blanc comme « un progrès démocratique majeur […] Ce vote, que de nombreux parlementaires de la majorité présidentielle appelaient de leurs vœux depuis plusieurs années, constitue un progrès démocratique majeur pour la République », a-t-il salué dans un communiqué.
[…]
Le gouvernement […] avait donné un avis favorable à la proposition de loi […] mais à la condition que les votes blancs ne soient pas pris en compte pour la détermination des suffrages exprimés – ce qui aurait entraîné des problèmes « politiques » et « juridiques » en conduisant notamment à modifier les règles de calcul de la majorité absolue.

Cela aurait, entre autres, « conduit Jacques Chirac en 1995 et François Hollande cette année à accéder au pouvoir suprême sans majorité absolue », a observé le député PS Pierre-Yves Le Borgn.
[L’Assemblée nationale adopte à l’unanimité la reconnaissance du vote blanc sur LeMonde.fr]

 

Posté le 23 novembre 2012 par Jacques Danielle