Sous la couette

Undercover ou parfois en français Pod Prikritie.

Le pitch n’est pas fou et n’a rien d’original : l’infiltration d’un policier dans la mafia bulgare.

Mafia, Bulgarie, infiltration…

Sur Netflix la série est avantageusement proposée en VOSTFR et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’y pencher. Pouvoir regarder ma première série bulgare dans de vraies conditions. Le manque d’originalité permettant alors de me rattacher à ce que je connais.

Les personnages d’abord. En grande majorité ils ont tous des têtes de mafieux de l’est. Impossible de déterminer pour un œil nourri aux clichés qui sont les gentils, qui sont les méchants. Jusqu’à preuve du contraire, ils sont tous méchants. Et ils sont aussi tous normaux. Là où dans les séries américaines mêmes les moches sont beaux, ici il n’y a que des gens que l’on pourrait croiser dans la rue. Sauf peut-être Martin Hristov, le personnage principal interprété par Ivaylo Zahariev qui non seulement fait beaucoup plus ouest-européen que les autres, mais surtout ressemble énormément à Orelsan à tel point que ça en est extrêmement perturbant :

Le scénario de son côté est très inégal. On alterne entre le classique, le trop classique et le relativement original pour un résultat plutôt moyen malheureusement. L’utilisation de raccourcis scénaristiques apporte également quelques déceptions.

La réalisation est exactement à l’image du scénario. Elle suit majoritairement les codes du genre, s’aventure parfois dans des expérimentations intéressantes et s’égare aussi dans des clichés dépassés.

La série souffre aussi d’un probable manque de budget qui l’oblige à avoir recours à des placements produits beaucoup trop évidents et qui donnent un goût amer d’amateurisme. Pendant le générique de fin, il y a des remerciements pour les différents partenaires avec entre autres : Audi, KFC et Mr.Bricolage. Ça dresse déjà le tableau. Au cours des épisodes, on les retrouve comme tels :
– les mafieux qui ne se déplacent qu’en Audi neuves de différents modèles
– les personnages qui se retrouvent régulièrement chez Mr.Bricolage et surtout sur son parking avec l’enseigne en arrière plan
– le héros qui se rend au KFC et oriente son gobelet comme il faut pour bien faire apparaître la marque

Un dernier point qui m’a moins sauté aux yeux mais qui est encore moins discret, semble être le fait que le club qui sert de QG au groupe que l’on suit existe bel et bien à Sofia et est donc lui aussi partenaire de la série.

Un bilan plutôt négatif sur cette première saison que j’ai eu quelques difficultés à terminer. Je ne sais d’ailleurs pas encore si je vais poursuivre l’expérience, mais je suis content d’avoir essayé

Posté le 22 février 2017 par Jacques Danielle