Res derelictae

Autodafé ? Pas vraiment. Mais c’est pourtant ce qu’ont cru des étudiants qui, hier après-midi, voyant une benne pleine de livres et de documents prêts à partir à la destruction derrière la bibliothèque universitaire, ont voulu se servir. Ils se sont immédiatement fait interdire l’accès à la benne et à son « trésor pédagogique » au motif que cela signifierait voler l’État.

Explication d’Olivier Caudron, directeur de la BU : « C’est la loi. […] il est interdit de vendre ou de donner des biens de l’État sans convention particulière. Or les documents universitaires sont des biens de l’État. »
[…]
Malgré les protestations, les services de l’université ont dû verrouiller la benne pour empêcher les étudiants de se servir.
[Livres détruits : « C’est la loi » sur SudOuest.fr]

La culture serait-elle un produit périmé ?

Posté le 16 novembre 2012 par Jacques Danielle