Power Man

Je n’ai jamais eu le moindre intérêt pour tout ce qui était super-héros.

J’ai déjà vu quelques films (voir ma critique de The Avengers), lus quelques comics, mais sans trop comprendre leur intérêt et surtout sans vouloir y revenir.

Les personnes en costumes avec des grands pouvoirs [qui] impliquent de grandes responsabilités, je trouve cela grotesque. Le genre a ses codes, et tout ce que j’ai pu en voir s’y rattachait beaucoup trop. Comme les histoires de princesses qui commencent par “Il était une fois…” et se terminent par “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants”. Originalité zéro. Tu prends une recette, tu changes uniquement le colorant et/ou l’arôme, et tu peux créer une combinaison infinie de plats. Super.
Je n’avais donc aucune raison de regarder Luke Cage, après tout j’avais logiquement fait impasse sur Daredevil et Jessica Jones, les deux autres Marvel de Netflix. Mais quand j’ai eu la notification sur l’application, j’ai reconnu le visage de Mike Colter, que j’avais vu à de nombreuses reprises dans The Good Wife, et ça m’a suffit pour lancer la bande annonce.

Première surprise : ça n’a pas l’air ridicule, ça n’a pas l’air d’être un truc de bourrin, et l’histoire semble intéressante. Au lieu d’un frêle caucasien dans une combinaison moulante rouge et bleue, un noir costaud dans un hoodie.

Ne connaissant pas le personnage, je fais quelques petites recherches pour découvrir que son nom de super-héros est Power Man et qu’il porte un costume ridicule. Les producteurs ont visiblement décidé de prendre leurs distances avec le genre. C’est une bonne nouvelle !

power_man_and_iron_fist_50th_issue_cover

Quelques semaines plus tard Netflix met à disposition l’ensemble de la saison. Je me lance et n’en décrocherai pas avant la fin.

C’est vraiment supérieur à mes attentes. Les scènes de super-héros sont rares (de zéro à deux par épisode) mais bien ridicules avec des effets spéciaux low-cost. Celles-ci et quelques légèretés scénaristiques constituent les seuls point négatifs de la série.
Le reste est vraiment réussi. Une histoire qui tient la route, digne d’intérêt et qui se laisse suivre. Des personnages intéressants et crédibles. Une image très travaillée et esthétique. Et surtout une bande son géniale.

Souhaitant rester sur cette bonne impression, je ne vais pas prendre le risque de me lancer dans les autres séries Marvel de Netflix, même si elles sont interconnectées.

Vivement la suite !

Always Forward, Never Backward.

Posté le 28 octobre 2016 par Jacques Danielle