Pour les gros et les petits torses

Après avoir occupé mes pauses caca au travail pendant plusieurs semaines, je suis arrivé à bout des 90 niveaux de la version 2.0 de 94%.

Comme suggéré, je suis donc passé à la suite de la série 94 avec 94 Degrés d’abord puis 94 Secondes.

Là où 94% est resté dans mes bonnes grâces, c’est parce que le modèle freemium n’était absolument pas une gène. En trouvant les bonnes réponses et en jouant quotidiennement on remporte suffisamment de crédits pour utiliser des jokers en cas de pépin. Seuls les vrais flemmards ou les impatients auront besoin de passer à la caisse.

Contrairement à 94 Degrés pour lequel on dispose d’un nombre de pins (et donc d’essais) limités et où le seul moyen d’en récupérer est d’attendre longtemps ou de payer. Résultat, une fois les pins du jour épuisés, aucune raison de relancer le jeu, même pour 30 secondes à tuer.

Pour 94 Secondes, le freemium est visiblement mieux pensé, mais le fait que l’on soit chronométré apporte un stress qui est inutile lors d’une pause.

Un petit clin d’œil cocorico à la Montebourg pour la société à l’origine de ces jeux puisque Scimob est française.

En attendant d’éventuelles variantes du concept, je guette l’arrivée de la prochaine version de 94%.

Disponible également de l’autre côté de la force.

Le titre.

Posté le 15 février 2015 par Jacques Danielle