Mark Anthony John Zuckerberg

Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d’indécence.
[…]
Autrefois (il y a un an), quand vous postiez une nouvelle sur votre mur ou votre page […], tous vos amis, tous ceux qui s’étaient abonné à votre page, la voyaient.
[…]
Curieusement, depuis plusieurs mois, la portée des contenus baisse artificiellement – ceux-ci ne sont vus que par 15% des personnes qui vous suivent et amis. Comme par hasard, Facebook propose une solution : pour toucher les 85% restants… Payez.
[…] Si vous publiez une nouvelle, un article sur votre mur ou votre page : vous pouvez payer Facebook pour « promouvoir » ce contenu et s’assurer qu’il soit davantage visible auprès de vos abonnés. Sinon… il a toutes les chances de tomber aux oubliettes. Tant pis pour vous.
[…]
Plus que ridicule : scandaleux, une véritable prise d’otage, un racket parfaitement mafieux. Se rendre indispensable en montrant (plus ou moins) patte blanche, puis, une fois la position dominante atteinte, dire « maintenant, pour continuer à utiliser dans des conditions normales un outil qui fait partie de votre vie, il va falloir passer à la caisse ».
[Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse sur LionelDavoust.com]

Ah ces grands naïfs qui sont prêts à profiter d’un système tant qu’on ne leur en demande pas trop en échange, mais qui n’hésitent pas à user d’adjectifs rigolos dès lors que les conditions du dit système changent en leur défaveur.

Il fallait vraiment croire au Père Noël pour imaginer que Facebook allait permettre éternellement de faire sa promotion d’une manière incroyablement simple et efficace, et ce, gratuitement. Oui car les seuls qui râlent pour le moment, ce sont ceux qui utilisent (utilisaient ?) Facebook pour faire leur promotion. Imaginez la belle affaire : en deux clics, on installe un plugin sur son blog, on fait le lien avec sa page Facebook, et voilà. Sur chaque article du blog, les lecteurs trouveront un bouton qui leur est familier, et chaque nouvel article sera automatiquement annoncé sur la page Facebook du blog, et donc sur le profil des abonnés. La simplicité même.

Alors maintenant on réalise que c’était trop beau. Et on semble (re)découvrir des solutions qui existaient déjà bien avant Facebook :

Toutefois, il existe d’autres façons de faire, plus anciennes et surtout plus libres, et ce site vous les a toujours proposées.
La plus simple est le flux RSS. […] C’est une solution gratuite, standard, que personne ne prendra jamais en otage.
[…]
Le flux principal de ce site est à l’adresse suivante : http://feeds.feedburner.com/lioneldavoust
[…]
Enfin, il y a la lettre d’informations. Encore plus simple : après abonnement, les nouvelles vous arrivent directement par mail.
[Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse sur LionelDavoust.com]

Attention tout de même, s’amuser à passer par un service tiers, détenu par Google, pour publier son flux RSS et ainsi pouvoir mesurer la taille de son sexe, c’est se mettre une nouvelle fois à la merci des mafieux. Ce serait quand même dommage de se faire prendre en otage alors que notre CMS préféré propose cela d’origine. Et cette fois, aucune chance que ça change autrement que si on le fait soit même.

 

Posté le 9 novembre 2012 par Jacques Danielle