Les bons outils font les bons ouvriers

Depuis la semaine dernière, Google déploie une mise à jour de la page d’accueil pour les appareils fonctionnant sous Android TV. Et cela s’applique également à la géniale nVidia Shield TV dans ses différentes versions.

Problème, non seulement cette mise à jour ajoute de la publicité dont strictement personne ne veut, surtout sur un appareil payé plein tarif, mais dans mon cas, elle a provoqué une chute vertigineuse de ma Shield TV Pro 2015.
J’avais déjà remarqué une accumulation de petits incidents au cours des derniers mois, mais cette fois elle était devenu tout simplement inutilisable, avec la nécessité d’attendre plusieurs dizaines (!!!) de secondes entre chaque action. Pratique quand on veut mettre en pause une vidéo pour prendre un appel mais que le programme continue pendant presque une minute après avoir appuyé sur le bouton…

Après quelques recherches, il apparaît que je ne suis pas le seul dans cette situation, et la source du problème serait, en partie, le disque dur qui aurait pris un coup dans l’aile.
Effectivement, après plus de quatre années d’usage intensif, ça se tient.
Si j’avais pris la version Pro à l’époque, ce n’était pas pour les 500Go de stockage via un disque dur (plutôt que 16Go de mémoire flash sur la version standard) mais parce que c’était celle qui était dotée d’un capteur infrarouge, la rendant pilotable avec une télécommande type Harmony.
Seul le système, la petite dizaine d’applications et leur cache étaient stockés sur le disque, mais ça veut dire qu’il était utilisé en permanence, même si le contenu venait d’ailleurs.

Une nouvelle recherche et il semblerait que l’opération consistant à remplacer le disque dur par un SSD (tant qu’à faire…) soit relativement simple et rapide. Le tutoriel que je décide de suivre suggère même d’en profiter pour nettoyer le système de refroidissement et de changer la pâte thermique. Pas bête !

La vraie subtilité de l’opération, c’est que du Android TV, ça ne s’installe pas sur un support comme un Windows ou un Debian. Surtout, dans le cas de la Shield, une partie de son tarif vient de licences payées par nVidia pour rendre accessible certains contenus. Faire une installation de zéro reviendrait à perdre les clés enregistrées en usine. Il faut donc cloner purement et simplement l’ancien support de stockage sur le nouveau. Et… qui dit clone, dit que si on prend comme source un support de 500Go, il faut une destination… d’au moins 500Go !
J’allais partir sur un SSD plus petit à l’origine, puisque je n’ai pas besoin de 500Go, mais ça aurait été plus complexe (nécessité de réduire l’image disque, un bordel risqué dans lequel je n’avais pas envie de m’empêtrer) et au prix des SSD aujourd’hui, ça n’en valait pas la peine.

Une fois le SSD reçu, il n’y a plus qu’à !

Et c’est là que le titre prend son sens : à une certaine époque, j’aurai considéré que l’appareil m’avait suffisamment accompagné et m’en serai débarrassé d’une façon ou d’une autre, avant de le remplacer par la dernière version. Pourquoi ? Parce que j’avais la quasi certitude de tout casser, rendant la box totalement inutilisable, alors qu’en l’état elle pouvait encore servir à quelqu’un.
Mais depuis, j’ai appris. Non pas à mieux travailler, mais surtout que le plus important, c’est d’avoir les bons outils.
Et ça tombe bien, car quelques mois plus tôt je m’étais fait offrir un kit de réparation d’appareils électroniques de chez iFixit.

Ouvrir un appareil électronique avec une carte bancaire, ça peut le faire, mais c’est risquer d’abimer l’appareil, la carte, ou encore mieux, les deux à la fois. Dans le kit, il y a « Jimmy » qui transforme cette opération en un véritable jeu d’enfant.
Débrancher une nappe à la main ou avec une pince à épiler, ça peut le faire, mais c’est risquer de glisser et/ou d’abimer quelque chose. Dans le kit, il y a une pince prévue pour, c’est tout de suite plus simple.
Dévisser des vis Torx 6 avec un tournevis standard, ça peut le faire, mais c’est risquer d’exploser la tête de vis et de rendre toute nouvelle opération une vraie galère. Dans le kit, il y a tous les embouts Torx dont on peut avoir besoin.
Dépoussiérer un ventilateur avec une brosse, ça peut le faire, mais avec un compresseur d’air, c’est tout de suite plus simple.

Au final, ce qui aura pris le plus de temps aura été le clonage du disque dur sur le SSD. Environ 3h. Le reste a vraiment été d’une simplicité incroyable et le sentiment d’avoir sauvé un appareil (et éviter de devoir lâcher 200€ dans son remplaçant) est un plus indéniable !

Avant
Après

L’exemple ici est avec de l’électronique, mais me concernant, l’importance des outils, je la constate surtout avec le vélo. En m’équipant avec de bons outils, non seulement j’ai pu faire des opérations relativement basiques que j’avais peur de faire ou que je faisais très mal avant, mais en plus cela m’a permis de prendre confiance, me poussant à en réaliser de plus en plus complexes, et à m’équiper pour cela. Et c’est clairement un cercle vertueux : réussir une opération encourage à acheter de nouveaux outils, les nouveaux outils encouragent à tenter de nouvelles opérations…

La satisfaction est multiple : que ce soit la réussite d’une intervention ou l’acquisition d’un nouvel outil de qualité; on y trouve toujours du plaisir !

Et en plus c’est souvent rentable très rapidement, même en mettant le prix de la qualité dans les outils ! Même en prenant en compte les 55€ du SSD, le kit iFixit est déjà remboursé puisqu’à 25€ c’est quatre fois moins cher qu’une nVidia Shield TV 2019 !

Bref, les bons outils c’est la vie ! Acheter du premier prix, comme j’ai pu le faire par le passé, sous prétexte d’un usage très occasionnel, n’est pas viable à moyen et long terme puisque cela amènera à des échecs et un refus de les utiliser.

P.S. : pour ceux qui tomberaient ici par le hasard des mots clés, voici en bref comment changer le disque dur d’une nVidia Shield TV Pro 2015 pour le remplacer par un SSD. Se procurer :
* un SSD de 500Go (pas moins !)
* un tournevis Torx 6
* de la pâte thermique (facultatif)
* un compresseur d’air ou une bombe d’air sec (recommandé)
* de quoi connecter deux disques à son ordinateur (câbles SATA, boîtier dédié…)
* le logiciel (freeware) HDDRawCopy
Puis suivre ce tutoriel (inutile de comprendre l’anglais, les images se suffisent à elles-même) : https://www.youtube.com/watch?v=hpvIJBIzv8A