JDMAI #51

The Honourable Woman (Saison 1) : La partie géopolitique/espionnage est d’un niveau rarement vu. C’est très subtil, les relations entre les personnages complexes, humaines et pertinentes. La narration, bien que parfois trop simpliste, vient ajouter de l’intérêt. Malheureusement cela est masqué pour le personnage principal, Nessa Stein, complètement instable, qui alterne en permanence entre sang-froid, neutralité et hystérie. Lassant et dérangeant puisque n’apporte ses frasques n’apportent finalement rien de concret à l’ensemble.

High Fidelity (Saison 1) : La bande originale est vraiment cool. Heureusement vu le titre (à double sens). Le reste est correct mais très convenu, sans aucune originalité et finalement rarement drôle.

The Crown (Saison 3) : Changement de casting pour suivre le vieillissement des personnages. C’était risqué et c’est une grande réussite. La série se concentre plus que jamais sur l’humain et passé les titres et les courbettes, tout le monde peut se retrouver dans les personnages. Et c’est probablement tout l’intérêt : plutôt que de faire un énième drama sur des gens ordinaires, montrer l’envers du décor des gens extraordinaires permet de relativiser sur la vision que l’on a généralement de la chose et surtout de voir que l’humain est humain. Une belle réussite.

The least expected day: Inside the Movistar Team 2019 (Saison 1) : En cette période compliquée avec aucune course à suivre à la télé, on se contente de ce qu’on a. Et cette série documentaire, très superficielle, fait l’affaire. J’en attendais beaucoup plus, surtout de la part de Netflix. Dommage. On y découvre quand même quelques explications sur le fonctionnement si particulier de cette équipe et du coureur incroyable qu’est Alejandro Valverde. Et on a quand même droit à des belles images de cyclisme.

Twin Peaks (Saison 3) : Magnifique. Du pur génie. La photographie est sublime. Les personnages sont tous plus incroyables les uns que les autres. A la base je pensais que c’était un énième reboot comme c’est la mode depuis quelques années. Rien du tout. Ça a été construit depuis le départ pour avoir ce troisième volet 25 (27) ans plus tard. Malheureusement période oblige je n’étais pas à fond dedans et j’ai compris environ 1% de ce que j’ai vu. Sans compter que depuis que j’avais vu les deux premières saisons, j’avais évidemment tout oublié. Alors c’est décidé, je vais tout recommencer à zéro, film compris. Cette œuvre magistrale le mérite amplement.

Posté le 1 avril 2020 par Jacques Danielle