JDMAI #30

Peaky Blinders (Saison 4) : Toujours du mal à lui trouver un réel intérêt au niveau du scénario, mais esthétiquement c’est tellement parfait que c’est un véritable régal pour les yeux.

Forks Over Knives : Documentaire intéressant pour amener une réflexion sur la nécessité supposée de consommer des animaux et leurs dérivés pour vivre.

Sustainable : Ou comment la production conventionnelle et industrielle de nourriture n’est qu’une réponse aux problèmes des capitalistes. Là aussi, intéressant.

Le vélo de Ghislain Lambert : Cinématographiquement parlant, ce film n’a que très peu d’intérêt. Mais du point de vue cycliste, c’est une belle réussite, avec une fidèle retranscription du milieu dans son ensemble, de belles images et de lourds sujets abordés avec légèreté (dopage, rôle central des médias…).

Bloodline (Saison 3) : Un peu de mal à me remettre dans le bain après une coupure de deux ans et une réalisation assez décousue qui n’aide pas. Finalement une histoire de famille au sens très large, qui n’est pas dénuée d’intérêt.

Marcella (Saison 1) : Le début n’inspirait pas confiance. Énième série UK avec un policier tourmenté par les accidents de la vie. Mais finalement c’est un simple background pour une histoire relativement complexe où tout est fait pour perdre le spectateur. Le résultat est plaisant.

Beyond Food : Sorte de pause commerciale de 90 minutes où chaque gourou plus ou moins illuminé fait la promotion de sa propre secte. J’ai du mal à voir l’intérêt de ce documentaire, si ce n’est discréditer les personnes interviewées ?

Marcella (Saison 2) : Arrivée quelques jours après avoir terminé la première saison. Encore meilleure. C’est assez génial le travail des scénaristes qui utilisent avec brio des éléments du premier volet pour coudre le second, alors que c’est une enquête totalement différente. Le genre de détail qui ne trompe pas : c’est une série de grande qualité. Et le final est à la hauteur. Non seulement il offre une fin possible à la série, mais il lui permet également de totalement se transforme pour poursuivre sur une troisième saison. Parfait.

Occupied (Saison 2) : Ouais non, en fait c’est nul. Inutile de développer.

Goliath (Saison 2) : Vraiment bien. Une intrigue qui tient la route, de belles images, de l’humour… Et un petit air de Breaking Bad qui lui confère un léger goût de perfection.

Unsolved (Saison 1, Épisodes 1 à 5) : J’ai tenu si longtemps grâce à la bande son soignée. Mais ce cinquième épisode, pas suffisamment mis en musique, m’a fait craquer. La série est d’une lenteur incroyable avec une majorité de séquences inutiles. Et surtout, l’absence quasi-absolue d’archives d’époque enlève tout l’encrage dans la réalité qui faisait le succès des séries documentaires d’investigation Netflix. Dommage.

Three Girls (Intégrale) : Si la série n’avait pas été diffusée par Arte, peu probable que j’aurais pris le risque de la regarder compte-tenu de la joie qu’elle transmet. Force est de reconnaître que c’est très réussi. Malheureusement pour le spectateur qui voulait passer un bon moment devant sa telly.

Grave : Idée de départ vraiment sympa. Mais sujet trop survolé pour s’arrêter sur des détails sans intérêt et bourrés d’incohérences. Dommage.

Petit traité de vélosophie : Génial ! L’auteur présente avec brio la philosophie du cyclopède, le tout avec un style et un humour délicieux.

Endure : Pas ce à quoi je m’attendais, mais certainement bien plus intéressant. Ce n’est pas un livre qui explique « comment », mais qui relate l’état de connaissance actuel du monde scientifique sur le sujet via une compilation impressionnantes de résultats d’études et d’expériences non scientifiques mais ayant eu les mêmes conclusions. Au lecteur ensuite de creuser les points qui l’intéressent.

Les forçats de la route : Style très particulier, drôle mais difficile à suivre, certainement à l’image du spectacle absurde et totalement fou que devait être le Tour de France à cette époque.

Posté le 1 juillet 2018 par Jacques Danielle