JDMAI #27

TURN : Washington’s Spies (Saison 2) : Bien plus intéressante que la première ! Multiplication des intrigues, personnages principaux qui gagnent tous en profondeur… Très plaisant.

The Big Bang Theory (Saison 10) : Je ne me souviens pas la dernière fois que j’avais réellement ri devant cette série. L’avais-je jamais fait ? On s’éloigne de la sitcom gaga remplie de clichés pour s’intéresser beaucoup plus aux sentiments des personnages.

Tell Me You Love Me (Intégrale) : Propre. Du grand HBO.

Borderliner (Saison 1) : Je voulais vraiment aimer cette série, et elle propose quelques bonnes idées. Mais c’est trop brouillon (le SMS reçu qui est en fait un SMS envoyé…) et surtout totalement incompréhensible. Ça semble se passer en Norvège, dans une petit ville (Tistedal ?) à la frontière avec la Suède. Les personnages principaux sont tous norvégiens et parlent tous cette langue. Sauf quand ils croisent des suédois avec lesquels ils parleraient suédois. Mais quand on ne parle aucune des deux langues et que les sous-titres ne nous en informent pas, impossible de savoir quelle langue est parlée. Et les fonctions de chacun. Nikkolai, policier à Oslo qui débarque, appelle « la crim' » , Anniken fait alors son apparition, mais c’est le premier qui semble mener l’enquête, même si finalement chacun fonctionne un peu dans son coin, la hiérarchie est mal établie, chacun semble avoir des fonctions dont l’autre dépend. Et je pourrai continuer longtemps… Non.

The Crown (Saison 2) : Une plus grande importance est donnée à d’autres personnages, peut-être trop ? Cela reste magnifiquement réalisé et propre. Claire Foy est toujours plus incroyable. Le choix de s’intéresser aux sentiments des principaux protagonistes plutôt que de faire un compte de princesse est une réussite. A voir ce que donnera la suite avec Olivia Colman pour prendre la relève.

Seven Seconds (Saison 1) : J’étais à deux doigts de m’arrêter après les premières minutes. Un automobiliste qui renverse un cycliste puis se barre, c’est un sujet sensible chez moi. Bien m’en a pris de poursuivre. Si la série est loin d’être parfaite et en fait parfois trop (la raison de la présence de Brenton dans le parc), ce qui est développé est intéressant. Il y a plus que la simple thématique de la valeur de la vie d’un noir dans l’Amérique de Trump, c’est la Justice au sens très large du terme dont il est question. La photographie est bonne et le duo KJ/Fish génial. Dommage que la fin laisse la place à une seconde saison. Le traitement en un volet aurait été largement suffisant.

National Treasure (Intégrale) : Je ne sais pas. Il y a du bel ouvrage, c’est évident. Mais peut-être à cause du personnage qui représente tant de choses qui me dégoûtent, je n’ai pas réussi à accrocher. Heureusement ça ne durait que 3h.

Collateral (Intégrale) : Si on met de côté l’aspect bien-pensance omniprésent, le reste est fluide, divertissant et intéressant. De la part de Netflix, je préfère ce format de mini-série définitive, écrite du début à la fin, plutôt que produire une saison et dire on verra, pour éventuellement abandonner une excellente narration, avec les frustrations que cela implique pour le spectateur.

Rotten (Saison 1) : Série documentaire à voir car il est peu probable de ne pas en tirer quelques apprentissages. Totalement américano-centrée, de nombreux aspects ne s’appliquent pas au consommateur français mais le message principal L’argent pourrit les gens est universel.

Lazy Company (Saison 1) : C’est rigolo mais pas fou. Un épisode à la fois, au delà c’est relativement agaçant.

The Good Wife (Saison 6, Saison 7) : J’avais oublié à quel point j’aime cette série. C’est toujours simple, intéressant, et surtout hilarant dans certaines interactions entre les personnages.  Les trois derniers épisodes ne sont pas terribles mais ils permettent une fin correcte. Ça aurait pu continuer encore dix saisons, j’aurais totalement accroché.

Flint Town (Saison 1) : Déçu par la réalisation qui est trop biaisée avec une stylisation beaucoup trop poussée. A côté de la C.A.T.T., la Strike Team de The Shield peut aller se rhabiller. Et qui manque de ce fait son objectif de montrer à quel point la situation des policiers de Flint est désespérée. On voit qu’ils rencontrent des difficultés mais semblent moins au bout du rouleau que l’équipe du Capitaine Berthaud d’Engrenages. Concernant les autres éléments présentés, il est intéressant de voir cette série documentaire pour prendre un peu plus conscience de l’aberration que sont les Etats-Unis.

Better Things (Saison 2) : Propre. Rien à redire.

Posté le 1 avril 2018 par Jacques Danielle