Islay LIMPET

Très intéressé depuis de nombreuses années par les solutions mises en place pour produire de l’énergie renouvelable, j’étais jusqu’à la diffusion de l’épisode de X:enius de ce matin*, passé totalement à côté de la centrale houlomotrice LIMPET à Islay.

Le principe est ingénieux puisqu’on peut dire qu’il combine celui d’une éolienne (aérogénérateur; conversion de l’énergie cinétique d’un déplacement d’air en énergie électrique) à celui d’une centrale houlomotrice (houlogénérateur; conversion de l’énergie cinétique d’un déplacement d’air en énergie électrique).

Ainsi, la centrale attrape une vague dans un espace réduit et clos, ce qui a pour double effet :
– de repousser l’air contenu dans le conduit vers l’extérieur lorsque la vague entre dans la centrale; air qui est alors canalisé pour actionner un aérogénérateur
– d’aspirer de l’air extérieur dans le conduit lors la vague ressort de la centrale; air qui est également canalisé pour actionner l’aérogénérateur

wave_power_plant
Source
.

Une vidéo plus détaillée est disponible à cette adresse.

Le principal problème que je vois avec cette technique, c’est que la centrale, tout en béton gris, ressemble à un horrible bunker sur la rive :

DCF 1.0
Source.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que son nom, LIMPET pour Land Installed Marine Power Energy Transmitter, fait référence aux Patelles (Limpet en anglais), ces horribles gastéropodes communément appelés chapeaux chinois, que l’on n’arrive pas à détacher de leur rocher.

Une autre centrale, composée cette fois de seize turbines, a également été inaugurée en Juillet 2011 à Mutriku en Espagne.

* Disponible pendant une semaine, sous le nom de Les océans nous fourniront-ils l’énergie de demain ?.

Posté le 28 août 2013 par Jacques Danielle