Installer BOINC en ligne de commande sous Debian et le contrôler à distance

Voici comment installer et utiliser BOINC en ligne de commande sous Debian (et/donc Ubuntu), et, pour simplifier son utilisation au quotidien, le contrôler à distance depuis un ordinateur avec une GUI.

Connecté en SSH avec les droits suffisants :

aptitude install boinc-client

Une fois que c’est terminé, s’assurer que le client est bien arrêté :

service boinc-client stop

Editer le fichier cc_config.xml :

nano /etc/boinc-client/cc_config.xml

Dans la section <options>, ajouter :

<allow_remote_gui_rpc>1</allow_remote_gui_rpc>

pour obtenir un fichier qui ressemble à ça :

<cc_config>
<options>
<allow_remote_gui_rpc>1</allow_remote_gui_rpc>
</options>
<log_flags>

</log_flags>
</cc_config>

Enregistrer et fermer.

Editer le fichier gui_rpc_auth.cfg :

nano /etc/boinc-client/gui_rpc_auth.cfg

Normalement il est vide, sinon supprimer ce qu’il contient et insérer simplement le mot de passe souhaité pour vous connecter.

Enregistrer et fermer.

Démarrer le client :

service boinc-client start

Le client démarre et est configuré.

Depuis votre machine sur laquelle BOINC Manager est installé, passer en mode avancé (Affichage > Vue Avancée ou CTRL + SHIFT + A).

Pour se connecter au client que vous venez de configurer, deux solutions :

Avancé > Sélectionner un ordinateur…

ou

Avancé > Démarrer un autre BOINC Manager

Dans les deux cas, renseigner les champs comme ceci :

Nom d’hôte : IP de la machine sur laquelle est installé le client

Mot de passe : Mot de passe renseigné dans le fichier gui_rpc_auth.cfg

La première vous permet de contrôler le client depuis le manager courant ce qui vous obligera à faire l’étape inverse pour retourner sur le client local (dans ce cas, laisser Nom d’hôte et Mot de passe à vide). La seconde vous ouvre un nouveau manager dans lequel vous pourrez contrôler le client. Je préfère personnellement la seconde, qui permet de savoir rapidement à quel client on est connecté.

Voilà, vous êtes maintenant connecté au client. Le fonctionnement est également le même que pour la machine locale : rejoindre un projet, mettre des tâches en pause…

Note importante, si le client n’est pas démarré il sera impossible de s’y connecter. Ne pas oublier de faire un petit :

service boinc-client status

pour savoir dans quel état il est. 🙂

Source et ressource.

Posté le 12 novembre 2012 par Jacques Danielle