(Grosses) Mythes et légendes

Carla, I can’t take this anymore. I mean, I’ve tried everything. I’ve stopped eating oysters. I’m taking cold showers. I even started stuffing ice in my pockets. I tell you, I’m not gonna make it.
[Cheers – 7×02 – Swear to God]

En entendant ces propos, tenus par Sam (Malone), j’ai particulièrement été amusé par cette histoire de douches froides.

Dans l’épisode, Sam (Malone, toujours), a promis à Dieu (oui…) de s’abstenir pendant trois mois si ce dernier interférait en faveur du premier.
Les propos cités ci-dessus sont tenus lorsque Sam (Malone, ça ne change pas) essaie de respecter sa promesse.

J’en ai déduit que d’après lui, prendre des douches froides, et plus généralement avoir les testicules au froid, permettrait de réduire la libido. Contrairement aux huitres, tenues pour aphrodisiaque car contenant une concentration élevée de zinc favorisant la production de testostérone.

A l’époque donc, en 1988, appliquer du froid sur les testicules était vraisemblablement considéré comme ayant un effet négatif sur la libido.

Pourtant, aujourd’hui, c’est plutôt l’inverse. De nombreuses sources (aussi fiables qu’une sitcom se déroulant dans un bar) indiquent que prendre des douches froides est bénéfique pour augmenter son taux de testostérone :

La question n’est pas trop de savoir si c’est réellement le cas ou non.
D’ailleurs les études qu’on trouve sur le sujet semblent dire que le froid a un effet négatif sur le taux de testostérone.
Potentiellement il s’agit avant tout d’une confusion entre la quantité et la qualité de spermatozoïdes produits (fertilité positivement affectée par des températures plutôt basses) et le taux de testostérone. Après tout, les cellules de Leydig sont situées dans les testicules.
Il faut aussi garder à l’esprit que lorsqu’il s’agît de parler virilité, la tendance est généralement à raconter n’importe quoi et à accorder du crédit à la stupidité : prendre une douche froide dans un monde où l’eau chaude courante est accessible au robinet, et alors que c’est très désagréable, c’est un truc de bonhomme avec des énormes couilles, forcément ça a un lien avec la testostérone, l’hormone des hommes virils.

Non, ce qui est intéressant ici c’est de voir le revirement complet sur la question de la douche froide : à une époque elle devait faire baisser la libido, aujourd’hui c’est l’inverse.

Dans les deux cas, on peut y voir un effet positif : prendre une douche froide implique une consommation énergétique moindre. Seulement si derrière la personne ne se met pas à chauffer son logement plus que de raison pour combler un thermogenèse déficiente…

Et l’autre partie amusante de la citation, c’est le choix des huitres comme aphrodisiaque. C’est peut-être purement culturel, aux États-Unis ou plus spécifiquement à Boston, ville maritime; mais je ne peux m’empêcher d’y voir une référence au restaurant Melville’s situé juste au dessus du bar Cheers et qui se décrit comme Fine Sea Food.