Les vieux et Youki

Au hasard des recommandations YouTube, pendant le troisième (?) confinement ayant commencé fin mars/début avril 2021, nous avons découvert la chaîne Country Life Vlog, ou Kənd Həyatı en Azéri.

Le concept est simple : un couple de paysans (les vieux) sont filmés dans leurs activités du quotidien au cours duquel ils travaillent la terre, s’occupent de leurs animaux et préparent à manger.

Au premier abord ça semble inintéressant au possible, mais rapidement, après m’être abonné et avoir parcouru sommairement leurs archives, je me suis retrouvé à attendre avec hâte leurs nouvelles vidéos et à prendre grand plaisir à regarder chacune d’elles.

Pourquoi ?

Techniquement déjà, c’est vraiment très propre (de ce que j’ai cru comprendre, c’est leur fils qui est derrière la caméra), les images sont superbes, l’audio est parfaite (on n’entend pour ainsi dire jamais les humains parler, mais on profite de chaque bruit de la nature, des animaux ou des activités humaines, en particulier quand la dame coupe des aliments), le montage sert habilement la narration, au cours d’une vidéo ou au fil des vidéos, et quelques explications sont fournies, via de rares inserts texte en anglais pour faciliter la compréhension.

Ensuite le contexte, avec ces personnes qui vivent dans un village d’Azerbaïdjan avec leur chien Puzik (au départ ils n’avaient pas indiqué son nom alors j’étais parti sur Youki) et maintenant un chat; sur un terrain sur lequel ils cultivent différentes sortes de végétaux principalement à des fins alimentaires, élèvent plusieurs espèces d’animaux et habitent une maison digne de La Comté. Même s’ils reçoivent de temps en temps la visite de leurs petits enfants ou d’amis, ils vivent majoritairement seuls au milieu de la nature.

Enfin, la narration. Chaque vidéo est quasiment organisée de la même façon : on les voit travailler la terre, puis la femme se met à préparer à manger pendant que l’homme l’assiste et prépare une infusion, avant qu’ils ne se mettent à table en ayant servi trois assiettes et trois verres. Au fur et à mesure des vidéos, on peut voir l’évolution de leurs activités, au rythme de la nature : la préparation de la terre, les semis, l’entretien des cultures, la récolte, l’hivernage…
Et tout ça est suffisamment mystérieux pour que l’on ait envie de voir jusqu’au bout et de regarder les prochaines vidéos.
L’absence de dialogue. Comme ils ne parlent pas, on ne sait pas ce qu’ils font/vont faire. On émet des hypothèses et on regarde comment ça se passe finalement. Les choux qu’ils ont semé il y a trois semaines, ils en sont où ? Les cerises qu’ils ont mis en bocaux, ils vont en faire quoi une fois la saison passée ? Les canards, ils ont grandi depuis ? L’infusion du papy, elle sera de quelle couleur cette fois ? Ils avaient un autre chien fut un temps; qu’est-il devenu ? La mamie utilise des tomates mais ce n’est pas du tout la saison, elles viennent d’où ? Et ce nouveau plat ?
Ce service pour trois alors qu’ils ne sont que deux, à qui est destinée la troisième assiette ? Au caméraman ? Au spectateur ?

Et visiblement ça plaît car ils ont presque deux millions d’abonnés et leurs vidéos tournent entre un et dix millions de vues à chaque fois. D’après les commentaires, c’est universel également, on voit passer toutes les langues et tous les pays. Il semblerait donc que leur contenu fasse appel à quelque chose de très humain, plus qu’une simple tendance culturelle.

Après tout n’est pas tout à fait clair ni n’est totalement rose dans leur vie. Sur certains plans, on peut voir qu’ils ne sont pas tant isolés que cela, avec l’arrivée de nouveaux habitants, la construction de nouvelles maisons, l’urbanisation gagne du terrain. Leur maison d’été semble bien trop petite pour les loger et accueillir leur matériel. Où vivent-ils réellement ? En hiver il semblerait que c’est une autre maison, plus grande, qu’ils occupent. Et même si leur mode de vie peut sembler traditionnel, ils ont accès au monde moderne, à commencer par YouTube, et s’équipent aussi en Chine, comme tout le monde.

Mais ça n’enlève rien à l’intérêt de la chaîne !

Allo mon Ga ?

L’appel à Galilée (Galileo gambit en anglais) est un raisonnement fallacieux [qui] consiste à arguer du fait que la thèse de l’héliocentrisme de Galilée a été ridiculisée en son temps, puis réhabilitée et démontrée en tant que vérité scientifique, pour prétendre que telle ou telle théorie marginale, aujourd’hui rejetée par la science, sera jugée exacte dans l’avenir. Cet argument est souvent utilisé par les adeptes des pseudosciences et les partisans de l’« histoire alternative » : selon leur point de vue, l’avenir leur donnera raison comme il a donné raison à Galilée.
[Appel à Galilée sur wikipedia.org]

J’espère qu’il a mis son téléphone en silencieux car dernièrement ça vire au harcèlement.

Je me sens moins conne

Faubourg Simone, c’est une webradio de bobos parisiens financée avec l’argent de la mairie #HidalgoDemission #SaccageParis

En soit ceci est totalement vrai (sauf les hashtags), mais les apparences peuvent être trompeuses.

On y entend que de la bonne musique, et vraiment que de la musique. Pas de pub (merci les impôts des parisiens !), pas d’actualités/informations (sauf sur la culture de temps en temps), seulement des jingles, sous forme d’extraits musicaux un peu ringards ou d’extraits de films.

On y entend un peu de tout, peu importe l’époque, c’est plaisant, bien renouvelé et, je ne sais pas si je l’ai déjà dit, mais c’est gratuit.

Quelques créneaux particuliers programmés pendant la semaine, mais en dehors de ça ce n’est vraiment que de la musique en mode random.

Quand je ne sais pas quoi écouter de particulier et que je n’ai pas envie de me battre avec les suggestions personnalisées Spotify, c’est ma solution de replis. Jamais déçu.

Un weekend pour tout changer

A quelques jours près, cela fait treize années que le blog est en ligne; lancé pendant l’Euro 2008.

Alors que l’édition 2020 vient de commencer, avec une année confinée de retard, et bien décidé à écouter les conseils, consistants à ne pas trop forcer sur le vélo pendant les soixante-douze prochaines heures, du médecin ayant supervisé ma première injection de mRNA-1273, je me suis dit que l’occasion était parfaite de rafraîchir un peu le blog.

A la base je l’aime bien StripedPlus Mod Elauhel. Il correspond à ce que je souhaite pour le contenu posté ici, et comme j’avais pas trop mal bossé dessus à l’époque, j’étais plutôt fier de la chose.
Le problème c’est qu’il date d’une époque où le mobile était encore très minoritaire. Par conséquent il n’était pas responsive et j’avais du installer un plugin qui prenait la main lorsqu’un utilisateur se présentait via son téléphone portable. Ce plugin, en plus de ne pas être maintenu (faille de sécurité bonjour), il affichait un style absolument ringard. Je savais donc que l’expérience mobile était horrible.
A côté, j’avais aussi la nécessité de passer par un autre plugin pour afficher les archives. Ce n’est pas que je suis un fana du vanilla (si), mais compte-tenu de l’intérêt très limité des plugins en question, de leur absence de support depuis de nombreuses années et du fait que les nouveaux thèmes apportent les mêmes fonctionnalités nativement, ce n’était qu’un argument de plus pour passer à autre chose.

Changer de thème pour quelque chose de plus moderne, d’accord. Mais quoi ?

J’ai les capacités artistiques d’une poubelle brûlée, des compétences en webdesign très limitées, et surtout ça m’ennuie, mais d’une force… Et puis WordPress a bien changé depuis, maintenant beaucoup plus de choses sont dynamiques, et j’ai ni le temps ni l’envie de monter en compétences sur le sujet uniquement pour ça.

Alors je suis parti à la recherche de quelque-chose de déjà réalisé, tout prêt. Et même là, ça s’est avéré être une vraie galère.
Vraisemblablement, avoir un blog pour poster du texte c’est complètement ringard, aujourd’hui tout tourne autour des images/photos. Résultat si je ne voulais pas devoir ajouter au moins une image d’illustration sur chaque article, 90% des thèmes s’avéraient inadaptés.
Finalement, je suis tombé sur Read WP qui comme son nom l’indique est fait pour présenter du texte. Joie !

Bon, $62 (TTC) ce n’est clairement pas ce que je comptais mettre dans quelques fichiers PHP et CSS, mais c’est vraiment le seul thème avec lequel j’ai immédiatement accroché. Et s’il me tient lui aussi treize ans, ça fera moins de $5/an ce qui est quand même plus raisonnable.

Évidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de mettre les mains dans le code pour changer quelques couleurs (coucou le petit background sépia à la place du blanc) et quelques libellés (laissés en anglais pour l’instant, flemme).

On verra, je ferai peut-être quelques adaptations encore par la suite, mais pour l’instant je suis plutôt satisfait du résultat.

En 2034 !

Le titre.

JDMAI #65

The Mitchells vs. The Machines (2021) : En temps normal je n’aurai probablement pas regardé ce genre de contenu. Surtout sur Netflix. Surtout compte tenu de buzz qu’il a fait depuis sa sortie. Mais à contexte particulier, activités particulières. Excellente surprise. Visuellement c’est très original, ça pétille dans tous les sens, ça déborde de couleurs, ça appuie parfaitement le côté comique des situations et dialogues. L’ensemble est effectivement très drôle, bourré de références, mais surtout, sous les aspects amusants, les créateurs initient une réflexion très pertinente sur la vie de famille, les normes sociales, notre addiction aux technologies… Bien plus plaisant à voir que la propagande que sert la plateforme de plus en plus régulièrement.

Les Kassos (Saison 5) : Le retour de l’assistante sociale ! Après une quatrième saison un peu différente, retour aux origines avec le bureau de l’assistante sociale. Renouvellement de personnages, références aux petits oignons. Top !

For All Mankind (Saison 2) : Grosse déception. La première saison était proche de la perfection; là, si on retrouve certainement ce qui fait la qualité de la série, malheureusement on s’égare beaucoup trop dans des intrigues drama sans le moindre intérêt pour l’histoire. On nous présente des personnages qui sortent plus ou moins de nulle part et qui en dehors d’ajouter du temps d’écran, ne font rien pour l’histoire. Un personnage qui avait déjà ce rôle dans la première saison mais qu’on pressentait comme futur élément clé est toujours là mais n’apporte rien, ça aurait pu être n’importe qui d’autre à sa place ça n’aurait rien changé. Quelle tristesse également de voir qu’ils ont décidé d’armer les astronautes avec des M16 et les cosmonautes avec des AK-47. Non mais pitié. Ils ont installé des réacteurs nucléaires sur la Lune mais ils n’ont rien trouvé de mieux comme armes ? Enfin, même en temps qu’ignare absolu sur le sujet de l’exploration spatiale, tout paraît de moins en moins crédible. C’est vraiment dommage. En espérant qu’ils redressent la barre pour la troisième saison car il y a trop de bonnes choses dedans pour que la série connaisse un triste destin !

The Sons of Sam: A Descent into Darkness (Intégrale) : Titre totalement trompeur. La série ne s’intéresse pas à l’affaire « Son/Sons of Sam » mais à l’enquête menée par Maury Terry autour de l’affaire. Le résultat est donc très différent de ce dont on peut avoir l’habitude avec ce genre de format. C’est malgré tout bien documenté et plutôt bien réalisé. Pour la partie darkness on repassera également. Je m’attendais à être vraiment mal à l’aise devant ce qui allait être présenté, ça n’a absolument pas été le cas. Tant les documents que les concepts présentés restent plus que superficiels sur le sujet. Dommage.

This is a Robbery: The World’s Biggest Art Heist (Intégrale) : L’histoire de base n’est pas incroyable, surtout qu’on en sait tellement peu sur la réalité des faits, que ce qui permet à la série documentaire de se démarquer est la qualité et quantité des documents (vidéos/photos d’époque, enregistrements de suspects…) mais surtout le casting des personnes interviewées, avec des personnes directement impliquées dans l’affaire. Bien.

Murder Among the Mormons (Intégrale) : Encore un titre un peu trompeur. Je craignais que ça tourne trop autour de la communauté religieuse et heureusement ça n’est pas le cas. Résultat c’est plutôt très intéressant et l’affaire est vraiment très particulière. A mes yeux ça aurait mérité quelques épisodes de plus, et pas seulement trois, car vraisemblablement il y a énormément d’aspects qui ont été survolés voire tout simplement pas abordés.
Concernant le retournement de situation à la moitié, je n’arrive pas à déterminer si les éléments qu’ils avaient donné initialement été suffisamment explicites pour qu’on le devine, ou alors si j’ai un sixième sens (lol) pour ça, mais j’aurai été très étonné que ça se finisse différemment.

McMillion$ (Intégrale) : Je pensais que Netflix était le roi des docu-séries. Erreur. HBO a frappé. L’affaire en elle-même est relativement simple et plutôt bien résumée sur Wikipédia. En faire une série de 6h pouvait semblait inutile. Et c’est d’ailleurs ce que signalent la totalité de ceux qui indiquent ne pas avoir apprécié. Mais c’est passer totalement à côté de l’intérêt de cette production. Raconter l’affaire c’était facile; alors ils ont décidé de raconter la vie des personnes impliquées, de près ou de loin. Des personnes ayant été poursuivies, des proches de ces personnes, des personnes travaillant pour les sociétés concernées, les enquêteurs… Et c’est extrêmement intéressant car cela humanise tout le monde, on comprend qu’en majorité ce sont des gens normaux, pas foncièrement mauvais, qui ont eu un moment de faiblesse. Cela permet également de réaliser à quel point une simple triche à un jeu peut avoir des répercussions très graves pour des centaines de personnes, l’immense majorité absolument innocentes.
Deux des personnes interviewées, l’agent du FBI Doug Mathews et la belle sœur d’un des participants Heather Colombo rendent la chose encore plus agréable et chacune de leurs interventions est totalement hilarante. On pourrait envisager une série avec chacun de leur personnage sans aucun doute.
Le point noir de l’histoire, en dehors de quelques personnes qui s’avèrent être de véritables déchets, je n’ai pas d’autre mots pour les décrire; c’est que la justice s’est montrée très, très, très gentille envers les personnes les plus impliquées. Voler quelques millions de dollars à McDonald ce n’est rien, bouleverser voire détruire la vie de centaines d’innocents par pure cupidité, c’est bien plus problématique et les peines apparaissent comme ridicules.