Essai photographique

J’ai toujours trouvé le brouillard très esthétique. Cette semaine il était relativement présent sur la MEL. Forcément je n’ai pu m’empêcher de l’immortaliser à plusieurs reprises.

Alors que je photographiais la gare Lille-Flandres depuis le pont de Flandres, je me suis souvenu que quelques jours après avoir reçu mon iPhone SE, j’avais fait des photos depuis ce même pont sous un magnifique ciel bleu.

Une fois rentré, je me suis amusé avec JuxtaposeJS et je vous partage le résultat ici.

Speed shitting

Consumers face a dizzying array of entertainment choices that include streaming video such as Amazon Prime Video, Hulu and Netflix; cable channels and apps from outlets like HBO and Showtime; YouTube; and as many as 28,000 podcasts.

With them all offering uncountable hours of addictive programming, how is a listener or viewer supposed to keep up ? For some, the answer is speed watching or speed listening — taking in the content at accelerated speeds, sometimes two times as fast as normal.

[…]

“As you continue to speed watch, higher speeds get easier and easier to comprehend,” [Jan Rezab] wrote. “I’ve been speed watching for the last 2 years, and I now feel comfortable watching at 2x the normal viewing speed.” He watches some even faster.

[…]

Mr. Chen, of “Slashfilmcast,” said in an email that speed listening was a consumer’s way of saying: “I don’t care how you wanted me to experience this work you’ve created. I just care about the information exchanged.”

Lost are elements of dramatic or comedic timing and intentional silences, he said. “It becomes a fundamentally different experience that disregards what the creator intended” at an accelerated speed, he wrote.

He said the practice was like trying to eat twice as many meals as normal to avoid missing any culinary treats.
[Too Many Favorite Shows? Take Them In at High Speed sur NYTimes.com]

Dans l’article il y a une scène d’un épisode de Game of Thrones en version x1, x1.2 et x2 pour constater ce que certains sont prêts à s’infliger pour être à la pointe de l’actualité.

J’avais déjà pu observer certaines personnes qui regardaient des épisodes en full VO (sans sous-titre donc) alors que leur maîtrise de la langue de Shakespeare ne leur permettait pas de comprendre 50% des dialogues, et ils n’accédaient donc pas à toute la créativité qui était derrière. Tout cela pour pouvoir dire qu’ils avaient vu l’épisode diffusé la veille aux USA.
Ils auraient regardé sans le son, le résultat aurait été quasi-équivalent.

Avec le fast viewing on atteint un degré de stupidité supplémentaire. On doit même frôler la maladie, car cela démontre avant tout une incapacité à faire des choix et à affirmer sa volonté.

Le binge watching n’est pas nécessaire plus recommandable; mais au moins on regarde l’oeuvre dans sa totalité et dans sa version d’origine.

eCowboys

Ce sera sans moi. Désolé.

Après les deux premiers épisodes de Westworld, ma décision est prise.

J.J. Abrams c’est Sarkozy mais qui aurait été élu POTUS après avoir conduit la France dans le mur pendant cinq ans.
Avec Lost, il a escroqué la Terre entière et n’aurait pas dû se voir confier quoi que ce soit d’un tantinet sérieux par la suite.
Mais comme la série a brassé énormément d’argent, il a pu passer de paria à messie. Ce qui explique qu’on lui ait fait confiance pour la plus grosse franchise actuelle. Et pourquoi HBO a signé pour créer la série la plus mainstream possible afin de toucher un maximum de public et donc d’engranger des recettes record.

Voilà le vrai pourquoi de Westworld. Aucune prise de risque. Des dollars garantis par centaines de millions. Le Livret A de l’audiovisuel. Avec un rendement 500 fois supérieur.

La série est-elle mauvaise pour autant ? Non, loin de là. La réalisation est à la hauteur du budget.

Elle a d’ailleurs ça de très subtil qu’elle est ce qu’elle raconte.
On prend du vide (ici un désert), on y ajoute des décors et quelques accessoires artificiels (les hosts) et on obtient un divertissement pour la masse (les newcomers).

Tout comme il est nécessaire d’être prêt à jouer le jeu en tant que newcomer face aux hosts, il faut accepter le fait d’être nourri à l’esbroufe pour regarder Westworld.
Et de mon point de vue il y a beaucoup trop de séries à voir, qui sont peut-être moins bien réalisées mais qui ont le mérite d’être sincères, pour perdre mon temps devant celle-ci.

C’est la vraie question à se poser avant de commencer ou non Westworld : est-ce que je suis prêt à accepter de me faire honteusement balader ? Si la réponse est oui, alors foncez. Ce sera un pur bonheur.
Sinon passez votre chemin. Si c’est l’AI qui vous botte, préférez Äkta människor. Si c’est le western, préférez Deadwood.

J’aurai au passage compris ce qui est très certainement à l’origine du Mannequin Challenge.

JDMAI #11

Elementary (Saison 3) : Se laisse regarder toujours aussi facilement.

High Maintenance 2016 (Saison 1) : Excellent. Vraiment très juste.

The Jinx : The Life and Deaths of Robert Durst (Intégrale) : Encore une série documentaire sur une histoire judiciaire incroyable à l’américaine. Au delà de l’excellente réalisation (alerte HBO), ce sont les événements en eux mêmes qui interpellent le spectateur.

Veep (Saison 1) : Très amusant.

The Big Bang Theory (Saison 9) : J’avais gardé un moins bon souvenir de la saison 8. Cette fois il-y-a enfin du changement tant attendu. Et ça rafraîchit un peu la série pour le mieux.

Manhattan (Intégrale) : Malgré le synopsis, ce n’est pas une série historique. Et pas estampillée tirée de faits réels. Pourtant c’est globalement cela. Partir de quelques faits réels pour créer une fiction dramatique. Le résultat est vraiment pas mauvais. Ça se regarde facilement, les décors et l’ambiance d’une presque huis clos sont réussis. Et la réflexion que l’histoire amène chez le spectateur est bien portée.

The Expanse (Saison 1) : The Soulance. A fuir.

Sleeper Cell (Intégrale) : Grosse surprise. Des séries et des films qui traitent de méchantes organisations terroristes planifiant un attentat contre le Monde Libre, j’en ai vu des tas. 24 en tête. Mais ils avaient tous en commun de s’intéresser aux gentils. Là, comme le gentil est infiltré chez les méchants, on passe la majorité du temps avez eux. Ce qui permet de développer une toute nouvelle réflexion. Et même si la série reste peu développée, c’est une œuvre qui mérite vraiment d’être vue.

Food Choices : Mangez végétalien. Et à 100%. Sinon c’est mort. C’est dommage que certains experts soient trop extrémistes dans leurs propos, car cela ne permettra pas de convaincre de nouvelles personnes de la nécessité de changer nos habitudes alimentaires. Alors qu’à côté le documentaire est bien construit et exploite les différentes facettes de l’alimentation afin d’en arriver à sa conclusion et à son message.

The Night Manager (Intégrale) : Ça partait mal. La majorité du premier épisode je me suis vraiment demandé sur quelle niaiserie j’étais tombé. Et puis tout change et on découvre une bonne histoire très bien réalisée. En dehors des plans sur le Cervin Toblerone un peu trop grossiers.