Instant réflexion

En 2008, lorsque Barack OBAMA était élu Président des États-Unis d’Amérique, nous étions beaucoup à nous en réjouir, se disant qu’un vent nouveau aller souffler à la tête du pays le plus puissant du monde; et que nous en ressentirions les effets positifs même de l’autre côté de l’Océan Atlantique.

Deux mandats et huit ans plus tard, le monde va plus mal, à tel point que c’est Donald TRUMP qui a été élu pour lui succéder. Et si huit années de Yes We Can ont permis cela, est-il vraiment sensé de placer autant de désespoir dans cet affreux personnage qui va bientôt prendre la tête du monde libre ?

Alors oui, sa boussole ne l’oriente clairement pas dans la bonne direction :

donald_trump_global_warming_hoax_chinaTweet

 

donald_trump_global_warming_bullshit

Tweet

Mais ce n’est pas pour autant qu’il va chercher à virer à 180 degrés. Comme tout représentant élu il va faire avec les moyens du bord et essayer de maintenir un cap somme toute très simple : assurer la réussite de ses semblables tout en évitant un maximum de troubles.

Rendez-vous dans quatre ou huit ans. Qui sait si ce ne sera pas Malia OBAMA qui lui succèdera !

En attendant beaucoup de gens se sont félicités de l’élection de TRUMP car c’est, selon eux, une victoire du peuple contre les médias/les instituts de sondage/le système… :

marine_le_pen_tweet_trump_victoire_peuple_libreTweet

Dommage pour ces personnes car en France c’est Hillary CLINTON qui aurait été élue avec ses deux millions de voix d’avance.

Ceci était une tentative de message d’espoir fournie par une personne au naturel très pessimiste.

JDMAI #10

Vikings (Saison 1, Saison 2) : Pas mal. L’histoire n’est pas folle, mais c’est bien réalisé et on se prend au jeu. Encore une série historique qui me fait réaliser à quel point The Tudors est exceptionnelle.

Wallander (Saison 4) : Long time no see. Ce que j’aimais dans la série c’était les paysages et l’ambiance scandinave, donc la reprise, en Afrique du Sud n’était pas terrible. Et les deux autres épisodes, de retour en Suède, n’étaient pas à la hauteur des saisons précédentes. Mais c’était toutefois plaisant de retrouver Kurt une dernière fois.

Halt and Catch Fire (Saison 1, Saison 2) : La première saison est excellente. On ressent vraiment l’ambiance de cette époque où l’informatique n’en était qu’à ses balbutiements et où un monde nouveau s’ouvrait aux yeux des passionnés. La seconde est beaucoup moins intéressante, trop centrée sur les drama des personnages. Ce ne sont plus des nerds mais des gens avec des sentiments, comme dans une palanquée d’autres séries.

Luke Cage (Saison 1) : Voir critique complète.

Bron/Broen (Saison 3) : Mouais. Je ne gardais pas un souvenir fou de la deuxième saison, mais là ça se confirme. L’ambiance et les images sont excellentes, mais le reste est assez poussif, malgré quelques bonnes idées.

Trailer Park Boys (Saison 7) : Mais merde, comment un truc aussi stupide peut être aussi plaisant à regarder ? Je dois avouer que sur cette saison la qualité d’écriture est visible et le contenu n’en est donc que meilleur car on ne rit plus bêtement pour de simples âneries.

Modern Family (Saison 5) : Toujours aussi drôle.

Trepalium (Saison 1) : Aie ! L’idée de départ est bonne, le choix de ne pas partir dans l’enchère de FX également (et probablement une question de budget en fait), mais pour le reste, c’est clairement raté. Avec 90% du casting recruté au rayon fruits et légumes du Carrefour voisin, c’est impossible de s’imprégner. Aucune crédibilité. Sans compter les rôles qui n’ont strictement aucune raison d’être, si ce n’est celle de faire plaisir à l’acteur ? Il y a plein de détails qui sentent l’amateurisme (les prises du décors visibles à plusieurs reprises). Une tentative de mise en place d’un véritable univers a été faite mais vite abandonnée, tout comme certaines portes ouvertes dont on ne saura jamais ce qu’elles cachent réellement. A oublier.

Merci Patron ! : Difficile d’en parler sans spoiler quoi que ce soit, mais ce documentaire est à voir, ne serait-ce que pour se rappeler de comment fonctionne notre société, et de pourquoi la faute est partagée entre chacun.

The Following (Intégrale) : “Alors qu’il utilise les réseaux sociaux afin de regrouper un grand nombre meurtriers, un tueur en série est poursuivi par un agent du FBI.” Ce pitch est affreusement faux; c’est comme-ci on pitchait Breaking Bad avec “La vie de Walter White bascule le jour où il découvre son intolérance au lactose. Pour survivre, il fait l’acquisition d’un vieux camping-car et lance son food-truck de cuisine moléculaire vegan et gluten free”. Sur la série en elle-même, je suis partagé. D’un côté on a une histoire relativement travaillée avec thématiques rares, de l’autre on a l’utilisation régulière d’énormes ficelles scénaristiques et d’horribles incohérences visant à faciliter les transitions. Au final on se retrouve avec un cop show nobrain moyen qui laisse une certaine amertume, contrairement à un classique du genre qui ne prendrait pas le risque de s’aventurer sur les chemins de l’originalité. Dommage. Il y avait un potentiel intéressant. Elle a au moins le mérite de connaitre une vraie fin.

the_following_spoiler_alert