So long

Bonjour,

Votre serveur dédié  a été résilié.
Cette résiliation est irréversible.

Pour toute question, veuillez contacter votre administrateur ou notre support téléphonique au 1007.

A bientôt !

L’équipe OVH

Voilà, plus de retour en arrière possible. Le matériel a été rendu.

Pour l’instant tout se passe comme prévu avec la Dédibox, j’ai même gagné en débit pour les backups !

Zepas trop aimé…

L’an dernier, je découvrais avec plaisir le concept d’Open Museum au Palais des Beaux-Arts de Lille grâce au collectif interDuck.

Alors quand j’ai appris que pour 2016 ce serait Zep, le papa de Titeuf, qui assurerait la troisième édition, j’étais plus qu’impatient !

Zep_Open_Museum

C’est donc quelques jours après l’ouverture de l’exposition que je m’y suis rendu, et la déception fut au moins équivalente à l’attente.

Ce que j’avais apprécié avec interDuck c’était l’intégration souvent parfaite de leurs réinterprétations dans les collections permanentes.

Avec Zep, c’est différent. Si il a bien détourné quelques œuvres et que dans certains cas c’est amusant, la majorité de son travail est sous forme de projections pédagogiques sur l’art.

J’ai attendu d’avoir le retour d’autres visiteurs pour confirmer mon ressenti, et plus de quatre mois après, je confirme : c’est une déception. Cet OM est à destination unique des enfants et c’est dommage; surtout quand on sait que l’auteur sait parfaitement s’adresser aux adultes.

JDMAI #7

Contenu un petit peu différent des précédents.

Livres

(Je suis) Le cycliste masqué : Livre probablement fake destiné à faire polémique, l’objectif est atteint. Mais le contenu reste intéressant et en prenant le recul nécessaire, permet d’en apprendre un peu plus sur le métier de cycliste. Et ça ne fait pas rêver.

Une peine d’exception (Kay Scarpetta #4) : Je continue à lire avec une grande facilité les aventures de Kay Scarpetta que j’imagine être un mélange de Megan Hunt et Maura Isles.

Les Hauts de Hurlevent : Oui alors bon… Peut-être qu’à son époque c’était vraiment novateur, mais aujourd’hui l’histoire est presque banale. Par contre c’est extrêmement compliqué à suivre au niveau des personnages. Résultat j’ai apprécié mais ça ne me restera pas en mémoire comme un ouvrage génial.

Films

Comment c’est loin : Comment c’est bien ! La blague la plus faite sur le film, mais tellement adaptée. 1h30 de plaisir. A prolonger des heures durant avec la BO.

Le BGG (Le Bon Gros Géant) : Enfant, j’ai dû lire le livre une bonne dizaine de fois, et écouter le livre audio (sous forme de cassettes) le double. En voyant l’affiche placardée partout dans le métro parisien, beaucoup de souvenirs sont remontés. Les circonstances faisant, je me suis alors retrouvé quelques jours plus tard dans une salle du tout nouveau Gaumont Alésia, à côté de ma mère qui m’avait offert le livre et les cassettes à l’époque. Malheureusement le présent n’est jamais à la hauteur des souvenirs. Et j’ai fini par m’endormir à trois reprises devant un film enfantin à souhait à l’esthétique délaissée, le tout écrasé par une 3D comme d’habitude sans le moindre intérêt. Voilà. Lisez des livres.

Séries

Le Bureau des Légendes (Saison 2) : Impressionné ! Presque rien à jeter. Le casting est vraiment parfait, à deux expressions près : Sara Giraudeau (Marina Loiseau) qui interprète trop bien son rôle de petit oiseau fragile ce qui en devient complètement exaspérant; et Pauline Étienne (Céline Delorme) dont je n’ai pas du tout compris la raison d’exister de son personnage dans l’histoire ? Enfin la photographie est très réussie.

bureau_des_legendes_saison2

Unbreakable Kimmy Schmidt (Saison 1) : Après avoir découvert le travail de Tina Fey avec 30 Rock, je m’attendais à un résultat convaincant. Mais d’un autre côté, la jaquette faisait vraiment peur. Et finalement c’est vraiment bien. En totalité grâce à Ellie Kemper (découverte via The Office) qui transmet de manière incroyable la joie de vivre de son personnage. Tout comme 30 Rock aucun exploit scénaristique, mais ça se regarde plaisamment.

One-Punch Man (Saison 1) : La dernière fois que j’avais regardé un manga, c’était Kenshin lorsque j’étais au collège. Autant dire que je suis tout sauf féru du genre. Pourtant le buzz autour des aventures de Saitama étant tellement important que j’ai voulu réessayer. Et ça n’a fait que confirmer ce que je pensais. L’absence presque absolue de cohérence scénaristique m’empêche d’apprécier. Le seul intérêt que j’y trouve réside, comme pour Kenshin, dans les combats mais qui  sont ici trop répétitifs et pas suffisamment esthétiques. Sayonara sensei Saitama.