Promis juré !

L’année dernière, je profitais d’avoir atteint mon premier quart de siècle pour m’offrir un petit morceau de technologie : une montre de sport GPS, à savoir la V800 de chez Polar.

Étant donné le tarif (merci l’évasion fiscale, Amazon la proposait alors à 338.64€) et le faible besoin que j’en avais à ce moment là, j’employais avec moi même une stratégie de parent. J’accepte de t’offrir [ceci] mais alors tu t’engages à faire [cela]. Exemple : j’accepte de t’offrir une console de jeux mais alors tu t’engages à n’y jouer qu’une fois tes devoirs terminés.

L’engagement que je prenais envers mon moi banquier était le suivant : je devais, au cours de l’année à venir, parcourir 1km par euro dépensé en courant ou 5km par euro dépensé en pédalant.

Concrètement, cela représentait 339km de course à pied ou 1695km de vélo.

Pour le running, avec une moyenne de 20km annuels à l’époque, cela représentait un vrai défi. Pour le vélo, tous types de déplacements compris, je savais que je n’aurais aucun soucis à atteindre cet objectif, alors j’ajoutais une contrainte : uniquement les sorties sport/loisir; pas les trajets utilitaires.

Polar-V800

Un an plus tard, et un peu à la façon de mon défi binge-watching, le bilan est… ce qu’il est.

Course à pied : 849km (250%).

Vélo : 5914km (349%).

Promesse tenue ? J’imagine.

Petite précision nécessaire pour la partie vélo; du 17/04/2015 au 09/12/2015 je n’ai bien pris en compte que les sorties (soit 2956km). A partir du 10/12/2015, Polar ayant mis en place une synchronisation automatique de tous les enregistrements vers Strava, c’était un peu compliqué de filtrer alors j’ai tout mis dans le panier, c’est à dire 2958km.

Au delà de l’aspect comptable des choses, je dois avouer que cette montre s’est avérée être un vrai facteur de motivation pour me mettre à courir régulièrement jusqu’à atteindre le seuil du semi-marathon et à participer à ma première course officielle sur 10km. Pour le vélo, c’est différent; si elle a permis d’opérer un déclic mental, par la suite je devais surtout penser à ne pas oublier de démarrer l’enregistrement car tout ce que j’avais en tête c’était d’aller rouler.

Dans tous les cas, elle me permet de quantifier le chemin parcouru, que ce soit physiquement sur une carte ou en terme de progression des distances parcourues, de la cadence ou de la vitesse moyenne.

Il existe actuellement des dizaines de produits du même genre qui promettent, marketing oblige, de vous sortir de votre canapé et de vous placer en tête du Marathon de Paris, c’est bien entendu faux mais sans aller jusque là, je n’y croyais pas trop; et force est de constater que, dans les bonnes conditions, c’est effectivement un véritable allié au quotidien.

Par contre le bilan est financièrement catastrophique ! En faisant le bilan des vélos, chaussures, vêtements, matériel et équipements divers, j’ai dépensé plus de dix fois le prix d’achat de la montre. Mais comme c’était pour le plaisir, est-il possible de trouver un rapport bonheur/€ et tenter de dresser un bilan exhaustif ? Je ne pense pas !

Micro review de la Polar V800 pour le principe geek : c’est une excellente montre de sport GPS dont je n’utilise pas 10% des fonctionnalités. Ce que je cherchais c’était la précision GPS et l’autonomie, et c’est top, vraiment. La plateforme Polar Flow sur laquelle sont synchronisées les activités n’est clairement pas aboutie, mais elle s’améliore avec le temps et surtout, depuis la synchronisation Strava automatique elle n’a qu’une utilité relative, surtout si l’on ajoute des outils comme Tapiriik ou Sporttracks.

Patrick Mongol et Bernard Faible d’Esprit

Dimanche avait lieu la 40ème édition du Marathon de Paris, ou plutôt Schneider Electric Marathon de Paris 2016.

Comme chaque année l’évènement est retransmis en direct sur France Télévision.

Cette année, aux commentaires, Patrick Montel journaliste sportif est accompagné de Bernard Faure consultant, ancien champion de France de marathon.

Le départ est donné par Anne Hidalgo et là, c’est le drame.

Un coureur blanc prend rapidement la tête de la course avec un rythme bien supérieur au peloton des hommes noirs. Instantanément, M. Montel parle d’un « petit plaisantin« . Quelques secondes plus tard, le consultant Bernard Faure réagit « ça va un moment […] parce-que ça pollue […] parce qu’il faut rester à sa place et aujourd’hui, devant, la place c’est celle des kényans […] non, il-y-a des images à ne pas faire » et son comparse de lui répondre « c’est le mot respect, faut avoir le respect de ces garçons » puis de qualifier l’échappé de « fantaisiste« .

On pourrait qualifier de plaisantin un individu qui achète son billet pour un match de foot et va courir sur le terrain pour amuser ses copains. Avec le billet qu’il a acheté, sa place est dans les tribunes. Le terrain étant réservé aux joueurs et arbitres.

En cyclisme, si un petit du peloton décide de partir en échappée, personne ne s’en offusquera, au pire cela provoquera quelques sourires.

Mais pour M. Montel et M. Faure, une personne qui se qualifie dans le SAS Préférentiel en réalisant un marathon de 2h39 et qui décide de prendre la tête de la course dès le départ, c’est un plaisantin qui n’est pas à sa place et qui manque de respect aux élites. Rien que ça.

Plus tard dans la journée, le fantaisiste a réagit sur Facebook :

En réponse aux commentateurs (Messieurs Montel & Faure).
Dimanche dernier, j’ai eu le plaisir de parcourir 600 mètres en tête du marathon de Paris 2016. Moi l’amateur, le « fantaisiste » qui a couru près de 14 000 km ces 5 dernières années, enchainé jusqu’à 7 séances par semaine, sur piste, asphalte, lors de cross, trail, courses sur route, je me suis dit « et si t’allais taper la balle avec Federer, taper la lulu à Buffon, faire un round avec Mohammed Ali ». Bon ok le round avec Mohammed n’aurait peut-être pas duré 600m ! Par contre, dimanche j’ai tenu tête à Korir, Koech, Kiprotich et consort ! Ok ok que 600m, mais bon c’était un jour sans, je tenterai à nouveau la qualif pour Rio dans quelques semaines!
Messieurs Montel et Faure, quelle déception d’entendre vos commentaires. Je suis tombé de haut. Mais s’il ne s’agissait que de déception, je ne serais pas en train d’écrire ce message. Vos propos sont condescendants, irrespectueux, conservateurs et racistes.
Tout d’abord, je tiens à vous signaler que le « plaisantin pas connecté avec son corps », court le marathon en 2h39, temps qui m’a permis d’avoir un dossard préférentiel justement et de commencer à « ma place ». Pas d’entourloupe, aucune, sur la ligne j’avais mon dossard et mes jambes comme tout le monde et comme tout le monde j’ai commencé à courir. Vous savez, ce qui est beau dans ce sport, c’est justement que des amateurs, passionnés comme moi, puissent jouer le match… Je pensais que cette idée vous plaisait mais force est de constater que bousculer un ordre établi vous fait peur. Tiens donc un ordre établi ? Monsieur Faure, je suis sincèrement désolé d’avoir « pollué » ce début de course. Excusez moi d’avoir voulu vivre un moment intense, presque un rêve, en tout droit, avec mes jambes et mon dossard ! Excusez-moi de ne pas avoir « été à ma place », d’avoir fait de l’ombre « aux kenyans ». Je l’ai bien vu, les 600 mètres où j’étais devant les a perturbés. Ils tremblaient, ils s’en souviendront du fantaisiste du marathon de paris 2016 ! Pas à ma place? Hum…j’aimerais bien que vous développiez ce point s’il vous plait. A quelle vitesse j’aurais dû courir ? Mon prochain 10km je devrais partir à quelle allure ? Vous pourriez me dire mes futurs chronos svp ? et sinon qui a le droit de courir vite ? quelles sont les conditions ? s’agit-il de montrer son passeport pour mener une course? C’est ma couleur de peau qui n’allait pas ?
Aussi pourriez-vous faire le lien avec l’arrivée de Berlin dont vous parlez ? Non parce que là je cherche encore… Pour rappel, lors de l’ arrivée du marathon de Berlin 2013, un petit plaisantin (je trouve le terme sympa) avait coupé la ligne d’arrivée devant Kipsang. Le rapport avec mon départ ?
Mais je crois que la cerise sur le gâteau c’est lorsque vous dites qu’« il y a des images à ne pas faire » et que je « manque de respect ». Alors là…J’ai dû réécouter plusieurs fois pour le croire. Mes oreilles saignent encore ! Donc on reprend. Il y a un coureur amateur, français, en tête du marathon de Paris et il ne faut surtout pas montrer cela ! Ho hé ! ho hé ! Je ne suis pas un islamiste de Daesh en train de découper une tête ! Je courais juste, en tête du marathon, en ayant respecté toutes les règles. Je vivais, intensément ! De mon plein droit, j’ai pris le départ, et j’ai couru. J’ai le plus grand respect pour ces coureurs. Je sais ce qu’ils endurent pour arriver à ce niveau.
Voilà, j’ai trouvé votre intervention irrespectueuse envers moi mais également vis-à-vis des 57 000 amateurs et de tous ceux qui ne sont pas kenyans et qui n’ont pas le droit d’être devant. Vous avez condamné un acte sportif, un rêve. Chacun à sa place. Ne changeons rien, surtout. Ne tentons pas et ne rêvons pas.
Merci les gars.
[Alexis Valtat sur Facebook.com]

Réponse très intelligente et réfléchie, on aurait pu croire que M. Montel allait au mieux s’excuser lâchement, au pire se taire. Mais c’était sans compter sur la résistance du personnage qui ayant plus ou moins atteint l’âge de la retraite, continue de répandre sa bile sur l’antenne du service public avec la même ferveur année après année, JO après JO.

Et donc, il a décidé de sortir son clavier et de réagir de son côté sur Facebook.

Pour le coup, n’étant ni journaliste ni consultant en connerie humaine, je vais m’abstenir de tout commentaire.

C’est par contre avec plaisir que je vais rappeler quelques-uns des exploits télévisuels de Patrick Montel, que ce soit lors de JO de Sotchi où il fait part de son amour pour le surf des neiges ou lors des championnats d’Europe d’athlétisme 2014 où son expertise lui permet de prévoir avec brio l’arrivée du 4x400m féminin.

Concernant Bernard Faure, je me dis que c’est à cause de passer son temps avec le premier qu’il est devenu comme ça. Car Stéphane Diagana commence lui aussi à mal tourner. Et question consultants, on voit clairement la différence entre quelqu’un qui s’encroute sur France Télévision, et ceux sur l’Équipe 21 qui ne partagent que leur expertise et l’amour de leur sport avec le téléspectateur.

Auriez-vous un téléphone dans cette prison ?

En janvier, il-y-a eu ce prisonnier à Luynes qui se filmait depuis sa cellule entrain de consommer du cannabis*.

En février, le footballeur du Paris Saint-Germain Serge Aurier insultait son entraîneur, Laurent Blanc, et certains de ses collègues et coéquipiers**.

Début mars, deux jeunes femmes s’invectivaient telles des charretières après que l’une ait filmé l’autre nue.

Ce mardi, deux vendeurs d’une boutique SFR de Villeneuve d’Ascq ont décidé de casser le téléphone d’un client désagréable***.

Dans mon esprit, Periscope était une énième application de live-streaming sur mobile comme il en existe des dizaines et ce depuis de nombreuses années. Cette dernière a eu la chance d’être rachetée par Twitter en 2015, ce qui explique son succès supérieur à ses concurrentes. Mais comme à l’époque c’était essentiellement utilisé par des nerds pour diffuser des conférences et autres évènements sans grand intérêt, je ne m’y étais pas attardé.

Voyant que les sujets semblaient prendre un tournant radical, j’ai décidé de m’y intéresser sérieusement, en commençant par installer l’application. Et je n’ai pas été déçu. Loin de là.

periscope

Le slogan de Periscope est : Explorez le monde à travers les yeux des autres.

Le côté exploration est bien là. On accède à une carte du monde qui nous permet de choisir les flux en cours de diffusion, géolocalisés avec précision. Par contre il est nécessaire d’apporter une précision concernant le monde car il ne s’agit pas ici de la planète, mais plutôt de l’humanité.

Après avoir rejoint des dizaines de Periscope de France et de d’ailleurs, les tendances sont souvent les mêmes :

  • Des personnes en voiture allant ou quittant le travail/l’établissement scolaire
  • Des personnes à pied allant ou quittant le travail/l’établissement scolaire
  • Des personnes qui s’ennuient chez elles/au travail/à l’école et qui cherchent à passer le temps
  • Des personnes diffusant une émission sur un thème très précis; les nerds des débuts

Si j’ai pu voir un unboxing d’iPhone SE ou un étudiant en lycée professionnel manger ses tartines de pain/Nutella, j’ai aussi pu voir :

  • Un couple réalisant différents préliminaires en fonction de ce que suggéraient les viewers
  • Un ambulancier traverser Paris à pleine vitesse avec les gyrophares, téléphone dans la main
  • De jeunes roubaisiens se rouler quelques pétards, les fumer, puis se battre entre eux
  • Des manifestants se faire gazer puis charger par des CRS
  • Un prisonnier en tongs Adidas fumant pétard sur pétard en écoutant du Booba et en proférant des menaces envers ses viewers
  • Une famille d’origine marocaine se préparant pour un mariage traditionnel
  • Des adolescents faisant des courses de caddies dans une descente de parking souterrain
  • Une bande de quadragénaires lillois visiblement éméchés qui réalisaient des défis à la con en fonction du nombre de viewers

Il n’y a bien que le dernier qui était réellement intéressant et amusant car ils avaient vraiment l’air de s’amuser, le ton restait bon enfant et l’interaction était réelle. On était de la partie sans y être. Par contre je ne suis pas certain qu’ils aient eu conscience qu’avoir eu plus de 1000 viewers pendant au moins 90 minutes, cela signifie que leurs exploits ont potentiellement été vus par plusieurs milliers de personnes en direct !

Pour le reste, entre les gens qui s’ennuient et ceux qui font la démonstration en direct de leur intelligence, Periscope aurait tendance à entériner le fait que l’humain est fondamentalement débile; j’ai ainsi plus souvent été catastrophé par ce que j’ai pu voir que diverti ou amusé.

Au départ j’avais installé l’application dans un but purement sociologique, afin de comprendre le phénomène Periscope. J’ai alors réalisé que ce n’était que le nouvel outil de cette tendance au narcissisme poussé à l’extrême qui a connu une explosion avec les réseaux sociaux et s’est encore plus amplifié avec les selfies. Periscope c’est tout cela : un réseau social qui permet de réaliser un selfie permanent et en direct, tout en multipliant les opportunités de mises en scène.
Et au final, je me suis pas mal pris au jeu en tant que spectateur car comme la télé-réalité, lorsqu’elle n’était pas encore trop grossière, ça a un fort goût de reviens-y !

person_of_interest_facial_recognition

Maintenant je suis très inquiet car je me demande où va s’arrêter la surenchère afin d’obtenir un maximum de viewers, à ce rythme il ne faudra pas six mois avant de voir les premiers décès ou accidents graves survenus au cours d’un défi. Et dans un registre moins violent, les utilisateurs se multipliant, il va vite devenir impossible de se promener dans la rue ou assister à une simple soirée entre amis sans se retrouver contre son gré sur un flux; Periscope devenant alors le premier réseau mondial de vidéosurveillance ouvert au public.

* Il s’est vu offrir une prolongation de six mois de son séjour en camp de loisir de l’État.

** Il a été sanctionné par sa hiérarchie.

*** Ils se sont rapidement fait licencier et la cliente a reçu un nouveau téléphone accompagné de plates excuses.

Special Edition

Lundi 21 mars, Apple faisait sa Keynote de printemps au cours de laquelle était présenté sa Petite révolution : l’iPhone SE.

Quand avait été lancé fin 2015 l’iPhone 6S, je partageais ici ma déception : trop grand, trop cher… Je décidais de conserver mon iPhone 5s jusqu’à sa mort et d’improviser pour la suite.

Puis des rumeurs sont apparues selon lesquelles Apple avait réalisé qu’une partie de sa clientèle ne souhaitait pas avoir une planche à repasser dans la poche et s’apprêtait à présenter un nouvel iPhone au format 4 pouces. Autant dire que j’ai suivi tout cela avec grand intérêt jusqu’à la Keynote.

Et comme depuis de nombreuses années, les fuites étaient majoritairement vraies.

Faire du neuf avec du vieux ont titré de nombreux médias. Et c’est en quelques sortes le cas.

iphoneSERevolution

L’iPhone SE c’est l’iPhone 6S dans le boîtier d’un iPhone 5.

Les ignorants diront que c’est un vieux téléphone, la preuve il est tout petit et il a exactement la même tête qu’un iPhone 5 !

Les autres réaliseront que lorsque l’ont met un moteur de Ferrari dans une Clio, on ne roule plus dans la Clio de sa grand-mère. On a alors une voiture beaucoup (beaucoup) plus puissante sans devoir se contorsionner pour rentrer dedans.

L’iPhone SE c’est la même chose. La puissance de l’iPhone 6S derrière le petit écran d’un iPhone 5. A quelques détails près : le 3D Touch n’est pas de la partie, le Touch ID n’est pas de seconde génération et reste le même sur l’iPhone 5s et la caméra frontale est à 1.2Mpx contrairement aux 5 du 6S.
Pour le reste, on retrouve la même puce A9 accompagnée de 2Gb de RAM (contrairement aux rumeurs qui parlaient d’une stagnation à 1Gb) et une résolution de 12Mpx pour l’appareil photo.
En bonus, la batterie possède une plus grande capacité que celle de du 5s.

La bonne surprise c’est aussi que c’est l’iPhone le moins cher vendu par Apple : annoncé à $399 en version 16Gb et $499 en 64Gb, on le retrouve respectivement à 489€ et 589€.

Bref, exactement ce que j’espérais : un rafraîchissement de mon iPhone 5s; et une fois en main on voit tout de suite la différence. Content d’avoir mon téléphone de vieux à petites mains !

Au delà de mon cas personnel, ce qu’il est important de noter c’est que cette fois Apple est vraiment à l’origine d’une petite révolution.
Comme pour le 6/6S, le marché du smartphone ne propose que des smartphone avec des écrans de plus en plus grand, à tel point qu’il n’existe pas de réel équivalent Android. De nombreux médias parlent du Sony Ericsson Z5 Compact mais avec son écran de 4.6 pouces il est beaucoup plus proche des 4.7 pouces de l’iPhone 6(s) que des 4 pouces du SE.
Les mauvaises langues disent que c’est un moyen pratique et rentable pour Apple d’écouler le stock de composants de l’iPhone 5(s) ce qui très faiblement vrai, mais j’y vois surtout une bonne nouvelle, car cela montre qu’Apple est près à aller à contre-courant du marché s’ils sentent qu’il y a une niche où se faire potentiellement beaucoup d’argent.
Car si l’iPhone SE ne sera pas un jackpot en ce qui concerne les habitués, ça pourrait l’être pour grâce aux actuels clients de concurrence; il s’avère ainsi être un excellent produit d’appel pour faire venir des utilisateurs Android dans le monde Apple et une fois dans celui-ci, on sait comme c’est difficile de le quitter.

Note de service 2016-04-01

Quelques modifications mineures sur le blog :

– j’ai tenté de le rendre compatible full HTTP/HTTPS mais ce n’est pas simple et je ne vois pas trop l’intérêt d’une telle chose finalement. Donc il reste accessible en totalité en HTTP et l’est aussi en HTTPS grâce à Letsencrypt par contre le contenu des articles restant HTTP compliant, bonjour les alertes/erreurs mixed content. Cette option me sera surtout utile pour l’administration et pour les éventuels âne honnit mousse s’égarant ici bas.

– comme on entame le quatrième mois de l’année, il était temps de mettre à jour le copyright du footer. Génial.

– adieu les trackers. Je ne sais plus trop pourquoi mais j’avais réussi à mettre trois systèmes de statistiques : Google Analytics, Statcounter et un Piwik auto-hébergé. Seul le dernier m’était utile, deux à trois fois dans l’année… Et voir mon icône uBlock s’exciter même sur un site perso, ça m’énerve. Elauhel n’est pas encore vegan ou gluten-free, mais il est dès à présent tracker-free. Pour m’amuser à découvrir les mots-clés ayant amené des internautes perdus, j’utiliserai Awstats qui ne fait qu’analyser et interpréter les requêtes des visiteurs à postériori.