Kévin, for the win

prenoms_masculins_france_1991

Quels sont les prénoms les plus populaires depuis 1946 ? sur LeMonde.fr

Le phénomène commence en réalité en 1989 où le Kevin couvre déjà la moitié du territoire, avant d’atteindre son paroxysme en 1991 et 1992 et de continuer sa domination jusqu’en 1994. Par la suite, un prénom encore plus horrible fera son apparition dans quelques régions : Dylan.

Et puis, en 2002, Enzo fera une discrète apparition dans la région P.A.C.A. pour conquérir par la suite une grande majorité du pays. Depuis toujours, Enzo n’a jamais été un nom humain à mes yeux. Il fût d’abord celui du salon de mon ami coiffeur, avant d’être celui de différents chiens de mon entourage. Aujourd’hui, les seuls Enzo appartenant à l’espèce Homo sapiens que j’ai l’honneur, le privilège de connaître sont issus de la portée de familles tuyau de poêle.

Pr0n >> All

Over the past few years, porn industry claims that its very existence has become threatened by piracy have only increased. […] a new type of site has emerged offering a staggering and immediately accessible range of content, at an entry price of absolutely free.

Due to their similarity with YouTube, these sites are known as ‘tube’ sites. They operate in much the same way as YouTube, with content being uploaded by their users for viewing by others.

[…]

‘Mindgeek’ may not sound familiar to everyone, but this is the new name for one of the biggest companies in the adult industry.

Formerly known as Manwin, Mindgeek is a huge company that has scooped up some of the biggest tube sites in the world including YouPorn, Pornhub, Tube8, XTube, RedTube, ExtremeTube and SpankWire to name a few. All in all, Mindgeek is reported to be one of the top three consumers of bandwidth in the world.

While Mindgeek sites act within the law by operating an efficient DMCA process that removes user-uploaded content at the request of copyright holders, many adult producers and performers feel that the sites are hitting their bottom line. But while that might be true for some, for others a much more complex situation is emerging.

[…]

After making huge quantities of cash via its tube sites, Manwin/Mindgeek bought up several top studios including Brazzers, Digital Playground, Mofos, MyDirtyHobby and Twistys. The company also sucked up the Reality Kings brand and became an online partner of Playboy. This means that some of the performers complaining about piracy on tube sites are actually being paid by the company running them.

[…]

In the meantime, it’s reported that a new porn video is made in the United States every 39 minutes. How many will be produced by Mindgeek companies or distributed via their tube sites remains to be seen, but in any event the company could be making money at one end, the other, or intriguingly – both ends at once.
[Why Are Porn Perfomers Scared to Talk About Internet Piracy? sur TorrentFreak.com]

Le méchant pirate qui rachète les entreprises qui produisaient le contenu qui on fait sa fortune. Incroyable non ?

Comme quoi, le porno a toujours été en avance sur le reste de la production culturelle.

Après tout, le modèle économique derrière pour eux, c’est une offre Premium avec un contenu disponible immédiatement en top qualité dans un environnement clean en payant un abonnement, ou un contenu à la qualité plus que variable, disponible sans garantie, de manière gratuite grâce à la pub.

#24yo

Quelques jours de retard qui s’expliquent par une impossibilité temporaire et volontaire à accéder à Internet.

Mais sincèrement, quoi de mieux que de passer cette journée en famille, dans un endroit tellement perdu que l’échelle minimale proposée par Google Maps est de 50m, que Google Street View n’y a jamais mis les pieds (ou les roues) et sans réseau mobile ?

Avec une côte de bœuf Salers en guise de gâteau,  et une soirée au coin du feu.

Fait amusant au cœur de l’actualité, un peu moins d’un an avant moi, sortait la première Game Boy; le 21 Avril 1989, dont on fête donc le 25ème anniversaire.

House of code

La semaine dernière, en regardant la fin de la deuxième saison de House of Cards, mon regard fut interpelé par ce que j’apercevais à l’écran :

house_of_cards_sysconnect_compileb_activitymonitorreturn

La scène ne durant que quelques secondes, je n’eus pas le temps de lire tout le contenu de la fenêtre en détail et pas le courage de mettre en pause. Toutefois, je cru lire un while (true) qui alluma une lumière dans mon cerveau.

L’épisode terminé, je retournais en arrière pour retrouver les images. Interpelé par ces quelques morceaux de code qui me paraissaient insensés, je fis appel à mon ami.

Rapidement, je tombais sur deux résultats.

Le premier, un dépôt sur GitHub qui fournit l’exact code en JavaScript (et en reprenant les noms) mais surtout un README très amusant.

Le second, un Tumblr dédié à l’apparition de code dans les films et les séries.

Ouf, je ne suis donc pas seul !

P.S. : Une fois la capture d’écran réalisée, j’en ai profité pour jeter un œil aux comptes Twitter qui s’avèrent tous valides (le premier, @epitasis, y fait même référence dans son profil) ainsi qu’aux adresses IP qui n’ont visiblement rien de particulier.