Netflix’s Criminal

Après avoir lancé Criminal : France sans aucune conviction suite à la réception d’un mail de la part de Netflix, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre; et plutôt que d’aller sur le Web pour comprendre, j’ai préféré découvrir par moi même en allant.

Criminal : France est un morceau (1/4) d’une série d’anthologie de douze épisodes que seule Netflix pouvait nous proposer; avec trois épisodes pour la version France, et le même compte pour les versions Allemagne et Espagne et UK.

Le concept : une salle d’interrogatoire, une enquête à huis clos par épisode, une équipe de policiers par pays.

Chaque enquête étant (presque) indépendante, on peut (presque) regarder les épisodes dans l’ordre et le pays que l’on souhaite.

Pour autant, et c’est là le seul vrai reproche que j’ai envie de faire à la série, la volonté de construire une histoire fil rouge pour chacune des équipes fait que ne pas suivre l’ordre des épisodes d’un pays empêche de comprendre quelques micro-références. Mais ce fil rouge n’a aucun intérêt et vient polluer le scénario. C’est dommage, ça aurait parfaitement fonctionné sans. Et on en a clairement rien à faire.

En dehors de ça, l’idée de regrouper quatre nations dans une série est géniale je trouve. Le concept du huis clos et de l’enquête par épisode n’est pas nécessairement inédit, mais est très bien utilisé.

Les histoires, certes inégales, sont intéressantes et parfois surprenantes.

Le casting est lui aussi très inégal, et la ressemblance d’Emma Suárez avec Caroline Proust m’a énormément perturbé.

Ça s’enchaîne facilement et on est surtout curieux de découvrir les équipes des autres pays.

Une bonne surprise, surtout de voir que Netflix ose enfin expérimenter de nouvelles choses, plutôt que de produire des dizaines de séries sans intérêt pour attirer le chaland.

Jeux Europé-un

La première édition des Jeux Européens s’est terminée ce dimanche 28 juin. Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est un véritable échec médiatique.

D’un point de vue sportif, on parlerait plus d’escroquerie :

tableau_medailles_baiku_2015

La Russie, première, remporte à cinq près autant de médailles que les trois nations suivantes cumulées. Rien que ça.

Et l’Azerbaïdjan, pays organisateur qui terminait à la 30ème place des Jeux Olympiques de Londres 2012, finit ici second.

A titre de comparaison, le top 10 de Londres 2012 où l’on voit que la répartition est beaucoup plus linéaire :

tableau_medailles_londres_2012

Niveau budget, 1.25 milliard pour la version européenne et 11 pour l’Olympique.

Calcio Fiorentino

Le calcio florentin (appelé calcio in costume, calcio in livrea ou calcio storico fiorentino en italien) est un sport florentin de la Renaissance

[…]

De nos jours, il existe un grand tournoi annuel, le Torneo dei Quattro Quartieri, composé de trois grands matches (deux éliminatoires et la finale) se déroulant au mois de juin lors de la fête du saint patron de la ville. S’affrontent 54 joueurs en costume médiéval sur la piazza Santa Croce, recouverte de sable, devant quelque 100 000 spectateurs.

[…]

Les matches durent cinquante minutes et se disputent sur un terrain rectangulaire sablonneux. Une ligne blanche divise le terrain en deux moitiés identiques, des cages placées aux deux extrémités, comme dans le football.

Ce sport est un mélange de football, de rugby et de lutte. Deux équipes de vingt-sept joueurs s’affrontent en tentant de mettre le ballon rond dans les filets adverses. Peu importe la manière dont laquelle la balle atterrit dans les cages, presque tous les coups sont permis. Les seules interdictions sont pratiquement les « 2 contre 1 » et les attaques par derrière.
[…]
Le match commence avec le lancement du ballon sur la ligne centrale de la part du pallaio. Dès ce moment, les joueurs des deux équipes essayeront de prendre possession de la balle et de l’envoyer dans le but de l’équipe adverse, marquant ainsi une caccia (but). Il est important de bien viser le tir, parce que si le ballon rebondit sur un poteau ou vole au-dessus ou d’un côté, un demi-point est donné à l’équipe adverse. À chaque but, les équipes changent de côté de terrain. Le vainqueur sera l’équipe qui aura marqué le plus de buts à la fin des 50 minutes du jeu.

Le prix des vainqueurs est un veau blanc de race Chianina, donné au son des hymnes de victoire joués par des musiciens.
[Calcio florentin sur WikiPedia.org]

Découverte du jour grâce au 360°-GEO diffusé sur Arte*.

calcio_in_costume

Évidemment, un article plus complet est présent sur la version italienne.

Une rediffusion de la finale 2013, qui opposait les Bianchi aux Azzurri, est disponible sur YouTube.

Amusant de voir que certains le considèrent comme l’ancêtre du football moderne, quand on sait que les joueurs de football italiens sont considérés comme les plus grands simulateurs.

Photo.

* Disponible uniquement pendant 7 jours (le concept d’Arte+7), sous le nom Florence, le foot dans le sang.

Beeeh ? Grouin !

La Turquie aussi est attentive au scandale de la viande trafiquée qui s’étend dans toute l’Europe. […] elle s’intéresse surtout au contenu des fameux « döner kebabs », qui tournent autour d’une broche verticale, concept inventé en Allemagne.

Et que trouve-t-on dans ces kebabs censés être fabriqués à base de viande de mouton ? En Suisse […] plusieurs contenaient du cheval et sept contenaient du porc en quantité infime. Le conseil central islamique suisse s’est déclaré choqué par ces résultats. En Allemagne également, 7 % des échantillons de döner contiendraient du porc. Ce qui n’empêche pas nombre d’entre eux d’afficher un certificat halal.
[Du cheval et du cochon dans le kebab sur Istanbul.Blog.LeMonde.fr]

Ce genre d’évènement était inévitable. Voyons voir comment cela va se passer maintenant que le sacré est, lui aussi, touché. Toujours aussi passionnant ce scandale !